ToulÉco

Publié le dimanche 30 juin 2019 à 18h30min par Sylvie Brouillet

L’exploitation des aéroports de Carcassonne et Perpignan va être confiée à une société publique locale

La région Occitanie a voté jeudi 27 juin pour la création d’une société publique locale régionale afin de gérer, à partir du 1er janvier 2020, les aéroports de Carcassonne et de Perpignan. Les candidatures des opérateurs privés pour les délégations de service public ont été jugées trop (...)

Alors que la privatisation de certains aéroports font débat, d’autres structures s’orientent vers une gestion publique… C’est le cas en région Occitanie des plateformes de Carcassonne et de Perpignan. En effet, aucune des propositions des opérateurs privés pour la concession de l’aéroport de Carcassonne (exploité depuis 2011 par Transdev) n’a satisfait le conseil régional, qui avait lancé une consultation en mars 2018. « Il y avait un certain nombre d’écueils, notamment le refus de la part des candidats d’assumer la part de risques inhérente à la délégation de service public », explique à l’assemblée plénière du 27 juin Jean-Luc Gibelin, vice-président aux mobilités et infrastructures transports. « D’autre part, les demandes de rémunérations étaient tout à fait excessives. »

Etaient candidats Edeis Management et les groupements Transdev-Egis Airport Operation et Infso-Tpf Ingénierie-CCIMP Infrastructures. Résultat : les élus ont voté jeudi 27 juin la déclaration sans suite de la procédure pour « motif d’intérêt général ». La situation de Carcassonne se double de celle de l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes (également géré par Transdev). Son syndicat mixte propriétaire, dont la région Occitanie détient 70 %, a déclaré la semaine dernière, à l’unanimité, la procédure de délégation de service public sans suite.

Un dispositif inédit dans la gestion des aéroports

Une alternative - la société publique locale (SPL) - a été étudiée et décidée par la région pour poursuivre l’exploitation à partir du 1er janvier 2020. « Nous sommes les premiers, dans le domaine aéroportuaire, à créer une telle société », assure Vincent Garel, conseiller délégué aux transports. La région détiendra 62% du capital et le syndicat mixte de l’aéroport de Perpignan 38%.

Pour créer cette SPL, qui reprendra les personnels, la région a voté une autorisation de programme de 27 millions d’euros et précise qu’il faudra libérer au moins 25% du capital au second semestre 2019, via 6,75 millions d’euros de crédits de paiement. Selon les calculs de la région, la SPL ferait faire une économie de 14 millions d’euros sur le contrat de dix ans pour Carcassonne. « 3,2 millions d’euros par an seront économisés sur les coûts de fonctionnement sur les deux aéroports par rapport à la meilleure offre finale », ajoute la présidente Carole Delga.
Sylvie Brouillet

Sur la photo : l’aéroport de Carcassonne est dévolu à 100% à la compagnie Ryannair. Crédit : Ad Meskens - Wikipedia.

Repères

Le tarmac de Carcassonne (vingt-cinquième aéroport français) a reçu 375.400 passagers en 2018 (lignes 100% Ryanair), un trafic en baisse de 5,8% sur un an. Celui de Perpignan (vingt-deuxième aéroport) affiche 463.235 passagers, un gain de 12,9%.