ToulÉco

Publié le mercredi 21 février 2018 à 18h55min par Sylvie Brouillet

LGV : Montpellier ne veut pas être un cul-de-sac de la grande vitesse (4/5)

Quelques mois après l’ouverture du contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier (CNM) fin 2017, les élus de l’ex-Languedoc-Roussillon ont été refroidis par les conclusions du rapport Duron début février qui reporte à 2038 la ligne Montpellier-Perpignan.
Il n’y a pas que les habitants de Midi-Pyrénées qui sont privés de LGV. Ceux de Languedoc-Roussillon attendent eux aussi depuis de nombreuses années le barreau Montpellier-Perpignan qui les relierait directement par la grande vitesse à Barcelone et Madrid. Lors de la remise du rapport Duron début (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte