ToulÉco

Publié le jeudi 29 novembre 2018 à 18h57min par Philippe Font

Santé. La nouvelle « super clinique » Capio La Croix du Sud a ouvert ses portes à l’est de Toulouse

Après trois ans de travaux et 100 millions d’euros d’investissements, la clinique Capio La Croix du Sud a ouvert ses portes à Quint-Fonsegrives, près de Toulouse. Avec comme mission de donner la priorité à l’ambulatoire.

La nouvelle clinique du groupe Capio à Quint-Fonsegrives à l’est de Toulouse est opérationnelle depuis le 15 octobre. Installé sur 33.000 m², l’établissement qui compte vingt-neuf blocs opératoires et peux accueillir 400 patients simultanément, est le fruit du regroupement des deux cliniques toulousaines du Parc et de Saint-Jean-du-Languedoc. Comptant cinq grandes spécialités, maternité, urologie, gastroentérologie, réanimation et soins continus, la nouvelle clinique a pour objectif d’accueillir 85.000 patients par an.

Avec une particularité : 70% des prises en charge se feront en ambulatoire, l’hospitalisation des patients se déroulant sur une journée. « La force de l’établissement est sa polyvalence, nous souhaitons mettre en avant ces compétences et développer les prises en charge en ambulatoire », explique Jean-Pierre Perrigaud, son directeur. Le groupe suédois Capio a d’ailleurs investi dans une cinquantaine de « cocoon’s care », des espaces de 7 m² où le patient passe la période post-opératoire. « L’objectif est que le patient soit acteur de son parcours de santé », lance encore le directeur de la clinique.

De 70 à 80 % d’ambulatoire

Avec un chiffre d’affaires prévisionnel de 60 millions d’euros en 2019, l’établissement espère atteindre les 70 millions à terme et se fixe comme objectif de passer de 70 à 80% d’ambulatoire. Du côté du personnel et notamment des syndicats, le bilan de cette rentrée est plus mitigé : si la livraison d’un bâtiment flambant neuf fait l’unanimité, les imperfections et les dysfonctionnements inhérents lors de ce genre d’inauguration, font peser la balance dans le négatif.

« Il y a des problèmes de conception, notamment sur les parkings du personnel et de livraisons, les locaux sont très grands, le personnel rencontre des difficultés à faire le bio nettoyage, le matériel dans le service de stérilisation a également posé problème », regrettent Cédric Colney et Christine Agar, délégués du personnel et syndiqués respectivement à la CGT et à Sud. Même s’ils reconnaissent que la direction entend et comprend ces difficultés, le manque de personnels, une trentaine d’ASH ou de brancardiers selon les syndicats, est rendu criant par la taille « immense » des locaux : « Selon les podomètres qu’ils portent sur eux certains personnels peuvent faire jusqu’à 22 kilomètres par jour, le couloir central mesure 170 mètres de long ! », avancent les deux syndicalistes.
Philippe Font

Sur les photos 
En haut : Vue de la clinique La Croix du Sud. Crédits : DR

En bas : Jean-Pierre Perrigaud, le directeur de l’établissement, lors de l’inauguration. Crédits : Rémi Benoit.