ToulÉco

Publié le dimanche 16 juillet 2017 à 17h57min par Philippe Font

« La production de films en Occitanie contribue au rayonnement des territoires »

article diffusé le 5 juin 2017

Depuis quelques semaines, Vincent Barthe a été nommé responsable du pôle création de TV Sud. Financement des créations audiovisuelles et soutien à une filière qui a souffert depuis quelques années sont au programme de Vincent Barthe.

Vincent Barthe, quel va être votre rôle au sein de TV Sud ?
Je vais avoir les mêmes fonctions que celles que j’occupais à TLT (entre 2011 et 2013, NDLR) avec la « case doc », c’est à dire initier des projets audiovisuels dans la région Occitanie. Nous sommes en discussion avec différentes collectivités, notamment Toulouse Métropole et la ville de Toulouse, pour financer ces créations à l’échelle de la région Occitanie. Ce soutien économique participe au rayonnement du territoire. Notre discours est de dire que la production de films est une activité rentable : on admet que pour un euro donné à une télévision locale, les producteurs en ramènent dix !

Quels sont vos objectifs ?
Mon objectif est d’arriver à constituer un budget d’un million d’euros qui servira à financer une quarantaine de films par an. L’autre défi est, au delà du volet documentaire, de produire davantage de fictions. Car je reste persuadé que des films produits dans la région servent à la promotion du territoire davantage peut être mieux que des opérations de communication plus onéreuses car les films que nous coproduisons peuvent être diffusés par de multiples médias. Nous allons également être présents sur des captations de festivals, dont Montpellier Danse, le 23 juin, et nouer des partenariats avec d’autres télévisions locales ou nationales. Car encore une fois, l’enjeu est de faire rayonner les territoires à travers les œuvres.

Quel est l’état des lieux de la création audiovisuelle en Occitanie ?
On est face à un grand trou noir ! Avec la disparition de la « case doc » en 2013 les producteurs locaux se sont trouvés en grande difficulté car il est difficile pour eux de se positionner sur un marché national. De plus la situation a changé : il y a quinze ans, Languedoc-Roussillon était derrière Midi-Pyrénées dans le domaine audiovisuel. Aujourd’hui c’est l’inverse. Certes, à Toulouse, le secteur du film d’animation tire son épingle du jeu, TAT en particulier, mais c’est l’arbre qui cache la forêt. Midi-Pyrénées a vu le nombre de productions de fictions stagner et les documentaires baisser sensiblement.
Propos recueillis par Philippe Font

Sur la photo : Vincent Barthe, nouveau responsable du pôle création de TV Sud. Crédits : DR