ToulÉco

Publié le mercredi 5 juin 2019 à 18h37min par Philippe Font

Toulouse. La recette de l’Entrecôte s’exporte à Barcelone

Le restaurant « jaune et noir » implanté depuis 1962 à Toulouse, est présent depuis quelques semaines à Barcelone. La sixième enseigne du groupe a pour objectif de fidéliser une clientèle espagnole friande du « faux-filet » à la sauce au beurre.

Les clients catalans de Barcelone vont-ils être séduits par la salade aux noix, les pommes frites maison et les faux-filets servis avec la célèbre sauce qui fait la renommée de la maison toulousaine l’Entrecôte ? Visiblement oui, puisque depuis l’ouverture de l’enseigne à deux pas de la place de Catalogne à la mi-mai, les clients sont au rendez-vous. Une clientèle plutôt business le midi, et familiale le soir.

« Nous sommes agréablement surpris par l’engouement, le public est au rendez-vous », indique Thomas de Roaldes, le directeur général de l’enseigne qu’il gère avec sa mère. Le restaurant de Barcelone installé sur une superficie de 287m² peut accueillir quatre vingt-dix personnes, et reprend les codes des autres établissements : décoration écossaise aux murs et tenues jaune et noire pour les serveurs.

Un savoir-faire artisanal

« Il y a une forte communauté espagnole en France qui plébiscite nos restaurants, nous souhaitons faire perdurer cette tradition à une clientèle d’habitués », ajoute le directeur général dont le groupe réalise un chiffe d’affaires de 22 millions d’euros sur ses cinq restaurants en France. Créé à Toulouse en 1962 par Henri Gineste de Saurs, le grand-père de Thomas de Roaldes, le restaurant l’Entrecôte a depuis essaimé ses enseignes sur l’Hexagone : Bordeaux, Lyon, Montpellier et Nantes. Auxquelles s’ajoute désormais celle de Barcelone.

« Il n’y a pas de plan établi pour de futures ouvertures… C’est une affaire familiale où on essaie de garder la main sur tous les process gérés en interne. L’objectif est de garder une relations de proximité avec les équipes dans les restaurants », explique encore Thomas de Roaldes. Un côté artisanal qui prend toute sa mesure avec la façon dont est conçue depuis 1962 la fameuse sauce qui accompagne les viandes. Celle-ci est fabriquée tous les mois par Thomas et sa maman, les deux seuls à détenir la recette secrète, par lot de 900 kilos. Le condiment est ensuite expédié ensuite par transport frigorifique dans les différents restaurants.
Philippe Font

Sur la photo : Corinne et Thomas, la fille et le petit-fils du fondateur du restaurant l’Entrecôte. Crédits : DR