ToulÉco

Publié le lundi 24 juillet 2017 à 18h30min par Audrey Sommazi

Quel business pour Le Point G, nouveau gin artisanal toulousain ?

article diffusé le 8 juin 2017

Alexandre You, mixologue toulousain, et Jean-Benoît Serres, liquoriste installé à Villefranche-de-Lauragais, ont conçu Le Point G, un gin artisanal et local. Derrière la ficelle marketing se cache un nouveau business, et une production de 10.000 bouteilles dès 2018.

Neuf mois pour trouver le "bon" Point G. C’est le temps qu’il a fallu à Alexandre You, mixologue à la Cour des Consuls - comprendre un expert dans l’art du mélange de saveurs pour cocktails - pour mettre au point sa recette.
« Je n’ai rien lâché, j’ai persévéré car mon idée était d’intégrer un produit local au gin, la violette », explique Alexandre You. Après plusieurs essais, Le Point G est né, mariant onze ingrédients, dont une pointe de violette associée à la spiruline produite dans l’Aude. Pour le reste, hormis les baies de genièvre originaires de France, le secret est bien gardé.

Pour assembler les ingrédients, Alexandre You s’est rapproché du liquoriste installé à Villefranche-de-Lauragais Benoît Serres. De cette rencontre est née la société Le Point G, chargée de diffuser le breuvage réussi dans les bars, cavistes et épiceries fines toulousaines. Le duo vise une production de 10.000 bouteilles d’ici 2018 et planche déjà sur deux autres spiritueux, dont on devrait connaitre la composition cet été.

Rester des artisans

Cette nouvelle association donne à la distillerie Benoit Serres un coup de jeune. Fondée en 1841 dans le Lot, l’entreprise familiale composée de trois salariés produit 100.000 bouteilles par an. « Nous fabriquions une cinquantaine de liqueurs de fruits et de plantes il y a plusieurs années, puis j’ai décidé de recentrer l’activité autour de trois spécialités : l’eau de noix, la liqueur à la violette et le Donjon, à base de Cognac et d’amandes », souligne Jean-Benoît Serres, le dirigeant de cette TPE installée dans le Lauragais depuis 1986 qui pèse 600.000 euros de chiffre d’affaires.

Avec Le Point G, Jean-Benoît Serres complète sa carte des spiritueux qu’il distribue essentiellement en France (supermarchés, cavistes, restaurants, etc.) mais reste raisonnable. « Nous voulons rester des artisans et conserver notre esprit », ajoute-t-il.
Pourtant, déjà porté par l’élan de cette collaboration, il avoue être en pourparlers avec des chefs cuisiniers, dont il tait les noms, afin de proposer ses liqueurs moins chargées en alcool au moment de l’apéritif.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Alexandre You, mixologue, et Jean-Benoît Serres, patron de la distillerie éponyme, lors de la présentation du gin Le Point G, mardi 23 mai, à Toulouse. Photo Hélène Ressayres - ToulÉco