ToulÉco

Publié le mardi 5 juillet 2016 à 18h34min par Martin Venzal

Le Toulousain Kawantech lauréat d’EDF Pulse

En partenariat avec :

La startup toulousaine Kawantech fait partie des trois lauréats de l’édition 2016 des prix EDF Pulse. Son système de lampadaire intelligent lui permet de remporter 100.000 euros.

Créée en 2011, la jeune entreprise toulousaine Kawantech a reçu le 30 juin 2016 un des trois prix décernés par EDF dans le cadre de l’édition 2016 de son concours « Pulse ». Concrètement, Kawantech va recevoir 100 000 euros et d’un accompagnement d’un an dans le domaine de la communication.

Kawantech a été récompensée dans la catégorie « Ville Bas Carbone » pour son système d’éclairage public intelligent Kara (photo principale) : l’entreprise équipe les lampadaires d’un capteur qui détecte les passages et déclenche l’éclairage avec différents niveaux d’intensité en fonction de l’origine du mouvement (100% de la puissance si c’est un piéton, 10% si c’est une voiture ou un animal, moins encore si c’est le vent qui est la cause d’un déplacement…).

Pourquoi la solution n’est-elle récompensée qu’en 2016 alors qu’un premier prototype avait été présenté dès 2011 ? « Parce que le prototype était fondé sur des ampoules LED et que les collectivités étaient encore hésitantes par rapport au marché balbutiant pour cette technologie, explique Julien Biau, Responsable des Applications & Services de Kawantech (en photo au centre). En 2014, la mairie de Toulouse nous a contacté pour mener un test d’un an dans une des rues de la ville et elle en est arrivé à la même conclusion que nous : ne pas laisser les lampadaires allumés pendant toute la nuit permet de réaliser jusqu’à 70% d’économie ! »

Kawantech ne commercialise pas sa solution en direct auprès des collectivités mais travaille en partenariat avec les principaux fournisseurs d’éclairages publics (comme Philips, Schréder, Eclatec, Thorn, Citelum, Vinci Energies…). Selon les estimations citées par l’entreprise, il existe 300 millions d’éclairages publics dans le monde et leur alimentation en énergie absorbe 40% du budget des villes. « En France, où l’électricité reste moins chère qu’ailleurs, le retour sur investissement pour un l’achat et l’installation d’un capteur est de 5 ans, mais elle est en moyenne inférieure à deux ans dans de nombreux pays », précise Julien Biau.

Basée à Labège, Kawantech emploie aujourd’hui 5 personnes et ce soutien financier va lui permettre de finaliser rapidement deux nouvelles embauches. Deux dernières précisions : les images captées par Kara ne sont pas conservées (ce qui ne permet pas de faire de la vidéosurveillance) et l’entreprise estime qu’elle n’a pas de concurrent direct en France ou à l’étranger : « les autres systèmes déclenchent la mise en route de l’éclairage au moindre mouvement », conclut Julien Biau.
Pascal Boiron, MID e-news