ToulÉco

Publié le lundi 8 mai 2017 à 20h00min par Philippe Font

Le constructeur de motos Triumph remet les gaz à Toulouse

La marque anglaise compte une nouvelle concession à Saint-Orens de Gameville. Pour les responsables du magasin, il s’agit de conquérir le public des amateurs de motos vintage, mais également les motards sportifs et aventuriers.

Les fans de motos vintage ont désormais leur magasin. La marque anglaise Triumph a rouvert une enseigne officielle et exclusive à Toulouse depuis quelques semaines à Saint-Orens de Gameville. « Rouler en Triumph correspond à un style de vie, il y a un côté humain et fun, ce n’est pas une marque arrogante », expliquent Stéphanie Roquesalane, directrice du site et Thierry de Miras, responsable commercial, cogérants de la société Bonnie and Ride. Clin d’oeil au modèle Bonneville baptisée Bonnie…

C’est que la marque, née en 1902 et qui a failli disparaître dans les années 80, est plébiscitée par les célébrités, notamment aux États-Unis où elle demeure la deuxième marque la plus populaire. Brad Pitt et Georges Cloney notamment roulent en Triumph. La marque était entrée un peu plus dans la légende grâce à Steve Mc Queen qui pilotait une Bonneville dans le film « La grande évasion » en 1963. Présente à Toulouse au début des années 2000, Triumph avait peiné à trouver ses marques dans la Ville rose. « C’est la seule ville où la marque enregistrait de mauvais résultats. il y a un vrai manque dans la région, les concessions les plus proches sont à Montpellier et Agen. Aujourd’hui c’est un nouveau départ ! », explique Stéphanie Roquesalane.

Objectif : 300 motos vendues par an en 2020

Et les deux associés n’ont pas lésiné sur les moyens pour mettre en avant la marque anglaise : un espace de vente de 600 m², un parking couvert de 400 m² et un centre d’essais qui permet aux amateurs de tester l’ensemble des modèles du catalogue Triumph sont désormais installés dans la zone commerciale de Saint-Orens. Montant de l’investissement : un million d’euros. « Cette année l’objectif de vente est de 160 motos, nous sommes déjà à soixante-quinze après trois mois d’exercice », se félicite Thierry de Miras. « Le rythme de croisière est de 300 que nous souhaitons atteindre en 2020 ».

Avec une cinquantaine de modèles (classics, roadster ou adventure), Triumph vise un large public : nostalgiques, jeunes, ou sportifs. « Et un quart de notre clientèle est représentée par les femmes qui préfèrent les roadsters plus maniables », note Stéphanie Roquesalane. Une montée en puissance qui devrait passer également par des embauches de personnel - deux salariés rejoindront les huit salariés déjà présents - et une augmentation du chiffre d’affaires. L’objectif pour 2017 est fixé à 2,5 millions d’euros. Puis les dirigeants de Bonnie and Ride tablent sur 3,5 millions d’euros d’activité en rythme de croisière.
Philippe Font

Sur la photo : Thierry de Miras, responsable commercial, et Stéphanie Roquesalane, directrice du site de Triumph. Crédits : Hélène Ressayres – ToulÉco.