ToulÉco

Publié le mercredi 11 octobre 2017 à 22h30min par Audrey Sommazi

Toulouse. Le traiteur Skandi retrouve le goût d’entreprendre

Contrats avec GL Events et des équipes sportives toulousaines, nouvel outil de production et activité de plateaux repas en perspective, le traiteur Skandi, associé à Thomas Fantini, se donne les moyens de croître.

Elle n’y connaissait rien. La cuisine était un domaine inconnu pour la famille Goig. Pourtant, le papa et ses deux enfants rachètent le fonds de commerce du traiteur Skandinavian et son personnel en 2012. « L’entreprise était rentable, des process étaient en place et des axes de développement fixés », explique Arnaud Goig, le fils de 38 ans nommé directeur général, qui reconnait avoir rencontré des difficultés, finalement surmontées.

La société, rebaptisée Skandi, passe un premier cap en 2015 en s’associant avec Thomas Fantini, le patron de la Compagnie des Pergos. Outre le fait que ce dernier entre au capital à hauteur de 16%, il apporte son carnet d’adresses étoffé, notamment dans le milieu rugbystique, et sa renommée utile dans le secteur. Cette association permet aussi de mutualiser les achats et les fournisseurs, et donc de réduire les coûts.

1,8 million d’euros de chiffre d’affaires

Enfin, ce partenariat, perçu comme « vrai changement », permet d’affiner le positionnement de Skandi. Tourné vers une cuisine maison régionale à des prix « premium accessibles », comprendre moyen haut de gamme, le traiteur propose ses services de restauration pour des évènements professionnels et privés.

GL Events, organisateur de salons pour le centre des congrès Pierre Baudis, et le nouveau parc des expositions de Toulouse Métropole (Pex), lui fait confiance. « Pour nous, ce contrat représente environ 200.000 euros par an. Nous avons aussi décroché l’activité traiteur du club Toulouse Basket Métropole, des Spacer’s de Toulouse Volley, ainsi que celle de la société Miharu qui gère notamment le Manoir du Prince », se félicite le directeur général.

Fort de cette croissance qui génère 1,8 million d’euros de chiffre d’affaires en 2017, Skandi veut aussi se lancer « dans les prochaines années » dans les plateaux repas.
Aussi, pour se donner les moyens de ses ambitions, Skandi a décidé de déménager de ses locaux historiques à Auterive pour un laboratoire près de Toulouse de 700 m² sur un terrain de 2500 m², à Villeneuve-Tolosane.

Déjà, les appétits s’aiguisent. Des investisseurs se sont manifestés pour entrer au capital. « Nous sommes en discussion, on ne s’interdit rien », indique Arnaud Goig, sans préciser le nom des intéressés.
Audrey Sommazi

Sur la photo de Une, Arnaud Goig, directeur général de Skandi traiteur, emploie treize personnes et une trentaine de saisonniers par mois.
En bas, une cuisine du Sud-Ouest est le positionnement de Skandi pour s’imposer sur le marché traiteur.
Photos Hélène Ressayres – Crédit ToulÉco