ToulÉco

Publié le mercredi 20 juin 2018 à 21h42min par Johanna Decorse

Le groupe HBF met les watts à l’international

Créé à Auterive près de Toulouse, en 1996, le groupe de matériel électrique HBF poursuit son déploiement international avec l’appui de ses filiales en Europe, en Asie et aux Caraïbes. Et met sa force logistique au service de start-up innovantes dans les objets connectés.

Groupe international au chiffre d’affaires de 65 millions d’euros, spécialisé à l’origine dans la conception et la distribution de matériel électrique, HBF a élargi ses activités à l’éclairage, la domotique et les objets connectés. Avec quelque 6000 références à son catalogue, ce géant haut-garonnais né en 1996 sous le nom d’Inotech, a investi les rayons de toutes les grandes surfaces de bricolage, alimentaires ou spécialisées.

Les enseignes distribuent ses propres marques et les produits Thomson pour lesquels HBF a signé un contrat de licence en 2017. Depuis son siège d’Auterive et la France, qui reste son principal marché, le groupe pilote différentes filiales en Guadeloupe et à l’étranger. Il est présent en Pologne, en Espagne et en Chine, à Ningbo, où il s’est doté d’une centrale d’achat et d’un centre de R&D pour toutes les sociétés du groupe qui emploient soixante personnes.

« Notre stratégie est de permettre la montée en puissance de nos différentes filiales pour accompagner nos clients à l’international. Nous réfléchissons à installer un site logistique et une équipe commerciale à La Réunion, une filiale en Russie et des relais, via des distributeurs, en Grèce et Belgique », explique Florent Fochesato, directeur commercial d’HBF qui cible 25% du chiffre d’affaires à l’export à l’horizon 2020 contre 10% aujourd’hui.

Lien avec l’IOT Valley

Le groupe, qui emploie 250 personnes, a pris en 2016 le virage des objets connectés. Après le rachat de la marque BeeWi, il s’est rapproché de plusieurs structures de l’IOT Valley à Labège où il a créé une filiale en charge du digital et de la vente en ligne de ses produits. HBF a notamment développé un partenariat avec Sigfox autour d’un projet de caméra motorisée pour la maison.

Avec Flipr, le groupe a pour ambition de développer plusieurs produits connectés autour de la piscine et notamment, en avril 2019, un nouveau modèle de sonde pour l’analyse de l’eau. L’intelligence contre la force de frappe d’un grand groupe sont les termes du contrat. « Le principe est de proposer à des start-up innovantes, présentes sur des marchés de niche, une aide en matière industrielle et l’accès à nos circuits de distribution », précise Florent Fochesato.

Les cadres actionnaires

Cette dynamique globale qui vaut à HBF une croissance de 10% par an, a été impulsée dès 2014, lors du rachat du groupe à l’entreprise espagnole Cablerias dans le cadre d’un MBO (management buy out). L’opération, menée par son dirigeant et une quinzaine de cadres à la tête de 3,4% du capital, a été soutenue par les fonds d’investissement Ixo Private Equity, Isatis Capital et Multi-croissance, aujourd’hui majoritaires, et complétée par un emprunt bancaire. Vinon, le partenaire industriel chinois dont HBF détient 49% des parts, est présent au capital du groupe d’Auterive à hauteur de 10,39%.
Johanna Decorse

Sur les photos 
En haut : HBF a ouvert en février dernier une nouvelle plateforme logistique de 15.000 m2 à Mazères, en Ariège.
En bas : Test pour des luminaires dans le laboratoire qualité d’HBF, à Auterive, siège social du groupe.