ToulÉco

Publié le lundi 2 janvier 2017 à 20h30min par La Rédaction

Le groupement Poma retenu pour s’occuper du futur téléphérique de Toulouse

Le téléphérique de Toulouse devrait ouvrir en 2020 et rallier en dix minutes l’université Paul Sabatier, l’hôpital Rangueil et l’IUCT Oncopole, contre trente minutes en voiture actuellement. Ce projet phare du syndicat des transport Tisseo SMTC est sur les rails. L’opérateur a d’ailleurs communiqué juste avant la trêve de Noël les sous-traitants qui seront engagés dans le téléphérique.

Ainsi, le projet 3S, mené par Poma a été retenu. Il fédère plus d’une quinzaine d’entreprises (Poma, Altiservice, Bouygues TP TF, Systra, Sequences, Seti, Sigma, Composite, Semer, Comag, Yello Window, Biotope, Systra Foncier, Acouplus, Engie Ineo). Basée dans l’Isère, Poma emploie un peu mois de mille personnes pour 290 millions d’euros de chiffre d’affaires. L’entreprise, spécialisée dans la fabrication de systèmes de transport par câble, s’est illustrée en réalisant les téléphériques de New York, Rio de Janeiro ou encore Medellin.

A noter que la maintenance a été confiée à Altiservice pour les vingt prochaines années. La filiale d’Engie est connue à Toulouse pour exploiter quatre stations de ski des Pyrénées (Font-Romeu Pyrénées 2000, Saint-Lary, Guzet et Artouste).

Le projet du téléphérique toulousain, long de trois kilomètres, est estimé à 54,6 millions d’euros pour les phases de conception et de construction. Les études débuteront cette année.