ToulÉco

Publié le lundi 18 septembre 2017 à 14h16min par Philippe Font

Le stade d’eaux-vives, spot mondial des kayakistes et des amateurs de glisse

Le stade d’eaux-vives de Pau Pyrénées s’impose comme une référence en la matière. Situé sur une ancienne piscine proche du gave de Pau, le site a construit son modèle économique sur l’accueil de tous les publics : compétition, loisirs et entreprises.

Depuis 2009 et la création du stade d’eaux-vives sur le gave de Pau par l’agglomération, la préfecture béarnaise est devenue la référence en matière de pratique de canoë-kayak. Géré depuis huit ans par la structure associative UCPA (Union des centres de plein air), le site se veut ouvert absolument à tous. « Sur les 43.000 personnes que nous accueillons, dont 32.000 payantes, nous avons des équipes nationales de canoë-kayak qui préparent les échéances sportives, elles retrouvent les conditions d’un bassin olympique, mais également le grand public, les clubs ou les scolaires », témoigne Thibault de Tassigny, directeur du stade d’eaux vives.

A cela s’ajoute une clientèle d’entreprise de plus en plus assidue : en 2016, l’UCPA a enregistré la venue de 750 collaborateurs de sociétés venus participer à des activités sportives. L’UCPA, en collaboration avec l’école de commerce de Tarbes, propose une prestation permettant le rapprochement entre sport et management. Doté d’un budget supérieur à 700.000 euros alloué par la communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées, le stade d’eaux vives affiche un chiffre d’affaires en 2016 de 325.000 euros.

Championnats du monde à partir du 23 septembre

« Entre 2012 et 2017 nous avons réalisé une économie de 150.000 euros en optimisant la maintenance et l’entretien notamment, tout en augmentant la capacité d’accueil de 50% », se félicite encore Thibault de Tassigny qui dirige une équipe de huit salariés à temps plein. L’été, l’effectif peut monter jusqu’à quinze personnes. Sur la même période, l’affluence a plus que doublé : les entrées payantes sont passées de 15.000 à 32.000. « Et nous restons le stade d’eaux vives le moins cher du monde pour le grand public ou les équipes nationales, devant ceux de Barcelone et de Londres notamment. Il y a une réelle volonté politique de proposer un bassin accessible à tous », ajoute le directeur du site.

L’année 2017 s’annonce riche en événements pour le stade d’eaux vives : alors que les championnats du monde en slalom et descente se dérouleront du 23 septembre au 1er octobre (c’est la cinquième épreuve mondiale accueillie depuis 2009), le contrat qui lie l’agglomération et l’UCPA arrive à terme et fera l’objet d’un nouvel appel d’offres. Alors que l’UCPA annonce qu’il postulera à sa propre succession, la communauté d’agglomération souhaite inscrire l’équipement dans un projet de territoire : la création d’une voie verte devrait lui permettre de se tourner davantage vers la montagne et l’océan voisins.
Philippe Font

Sur la photo : Le stade d’eaux vives de Pau accueille les plus grandes compétitions internationales de canoë-kayak ainsi que le grand public. Crédits : DR