ToulÉco

Publié le lundi 9 avril 2018 à 19h41min par Valérie Ravinet

Toulouse. Synapse met l’intelligence artificielle au service du langage et de l’orthographe

Expert de l’intelligence artificielle appliquée au texte, l’éditeur de logiciel toulousain Synapse s’invite sur tous les marchés. Croissance et recrutement en perspective pour une structure qui innove depuis deux décennies.

« Nos développements de solutions sont basées sur la capacité d’une machine à comprendre la sémantique sans relation humaine », résume Patrick Séguéla, directeur général de Synapse. Une spécialité qui a démarré en 1994 avec la conception et la commercialisation du correcteur orthographique et syntaxique Cordial, intégré à la suite Office de Microsoft. « Cette solution a porté l’entreprise pendant dix ans », confie le dirigeant. Aujourd’hui encore, elle représente 30% du chiffre d’affaires de l’entreprise, avec des références mondiales. De Reverso à Amazon, ce sont plusieurs millions d’utilisateurs par jour qui utilisent les produits de l’éditeur de la Ville rose.

Du correcteur à la conversation

Fort de ce succès, la société se consacre dès le début des années 2000 à des recherches de solutions d’intelligence artificielle appliquées au traitement du langage : la machine lit le texte, l’analyse, le structure… Un savoir-faire qui conduit Synapse à lancer son « chatbot », logiciel programmé pour simuler une conversation en langage naturel. Capable de générer automatiquement toutes les questions et réponses possibles à partir d’une documentation, le logiciel centralise les informations qu’elle « digitalise ». « L’application représente la marque, elle est développée spécifiquement pour reprendre sa tonalité », complète Patrick Séguéla. Ce marché, en pleine effervescence, représente 50% de l’activité de l’entreprise et trouve ses applications dans tous les secteurs d’activité. Synapse vient d’être retenu pour développer un assistant personnel médical visant à faciliter l’échange et la compréhension d’informations entre les médecins et leurs patients. Le projet, baptisé Clear, verra le jour d’ici trois ans.

Entreprise en croissance

Ancien salarié de la structure, Patrick Séguéla s’est porté acquéreur de Synapse en 2012. L’entreprise comptait alors huit salariés. « J’ai racheté un capital technique, qui s’est aujourd’hui transformé en entreprise », analyse le dirigeant. Avec un chiffre d’affaires de 1 million d’euros et vingt salariés, l’entreprise se place sur la voie de la croissance. Elle emménage dans de nouveaux locaux de 350 m2 dès ce printemps et envisage de recruter une dizaine de nouveaux collaborateurs d’ici fin 2018.
Valérie Ravinet

Sur la photo :Patrick Séguela, directeur général de Synapse – Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco