ToulÉco

Publié le dimanche 18 juin 2017 à 23h54min par Martin Venzal

Législatives 2017. En Occitanie, La République En Marche se taille la part du lion

Peu de surprise dans les treize départements d’Occitanie : le mouvement de La République En Marche se taille la part du lion, laissant que quelques sièges pour le LR, le PS, et la France Insoumise. Le FN décroche trois fauteuils.

En Occitanie, comme dans le reste de la France, le paysage politique se redessine à la faveur des candidats de la République En Marche (LREM). Certains départements changent de couleur, à l’instar de l’Ariège qui devient France Insoumise. Dans le Gard, les Pyrénées Orientales et l’Hérault, le FN décroche trois fauteuils - un dans chaque département - malgré de nombreux duels dans les circonscriptions de l’ex-Languedoc-Roussillon. Le PS en revanche, perd toutes ses batailles sur ce territoire. L’abstention reste très importante.

En Ariège, victoires à l’arrachée pour la France Insoumise
Historiquement socialiste l’Ariège reste à Gauche mais change ostensiblement de parti. Arrivés en tête lors du premier tour, les candidats de LREM doivent cependant s’incliner face aux candidats de la France Insoumise.
Dans la première circonscription, Bénédicte Taurine dame le pion à Jérôme Azema qui était pourtant en tête au premier tour. Elle l’emporte d’une centaine de votes, 50,28% contre 49,72%. Même scénario dans la deuxième, Michel Larive (FI), l’emporte avec 50,56% contre 49,44% pour Huguette Bertrand-Vinzerich (LREM)

Dans l’Aude, LREM réussit le triplé
Dans ce département, les trois députés sortants étaient socialistes. Ils seront finalement LREM.
Ainsi, dans la première circonscription, Danièle Hérin (LREM) s’impose avec 58,65% des voix contre Christophe Barthès (FN) qui a rassemblé 41,35% des votes.
Dans la deuxième, Alain Perea (LREM) l’emporte sur Jean-François Daraud (58,46% contre 41,54%). Enfin, coup de tonnerre dans la troisième où André Viola, le président du conseil départemental de l’Aude et député sortant s’incline face à Mireille Robert, LREM, qui l’emporte 53,10% contre 46,90%.

Dans l’Aveyron, Viala sauve son fauteuil
Yves Censi (LR) est battu dans la première circonscription par Stéphane Mazars (LREM) qui décroche 66,37% des suffrages contre 33,63%
Dans la deuxième, Anne Blanc (LREM) n’avait plus d’adversaire : elle l’emporte donc. L’abstention atteint 66,02% sur ce scrutin.
Enfin, victoire logique de Arnaud Viala, (LR) qui était en tête au premier tour et qui l’emporte sur Jean-Louis Austruy de LREM, par 59,16% contre 40,84%.

Dans le Gard, Collard, seul rescapé du deuxième tour
FN était de toutes les batailles dans le Gard. Mais dans les six circonscriptions, seul le frontiste Gilbert Collar parvient in extremis a remporter le scrutin. Dans toutes les autres, les candidats En Marche sont élus.
Ainsi , dans la première, et après avoir été au coude à coude, Françoise Dumas (LREM) s’impose face à Yoann Gillet (FN) (54,55% contre 45,45%)
Dans la deuxième, Gilbert Collard (FN) l’emporte d’une petite centaine de voix face à Marie Sara (MDM).
Dans la troisième, Anthony Cellier (LREM) l’emporte avec 59,02%
Dans la quatrième, Annie Chapelier (LREM) est élue députée (58,21%)
Dans la cinquième, Olivier Gaillard (LREM), gagne avec 63,57%
Dans la sixième, Philippe Berta (LREM) est élu avec 60,35%

Dans le Gers,
Dans les deux circonscriptions du Gers, les luttes se faisaient entre socialistes et anciens socialistes, devenus Macroniens. Jean-René Cazeneuve (LREM) confirme dans la première, (59,27%) face à Francis Dupouey (PS) (40,75%).
En revanche, Gisèle Biémouret, la député sortante PS sauve son fauteuil face à Christopher Soccio dans la deuxième (51,57% contre 48,43%). Elle est la seule député PS en ex-Midi-Pyrénées…

La République En Marche rafle la Haute-Garonne
Sur les dix circonscriptions du département, y compris sur la première où Pierre Cabaré a été désinvesti par LREM en raison d’une condamnation judiciaire en 2003, les candidats d’En Marche décrochent neuf fauteuils sur dix. Le grand schelem n’a pas eu lieu : Joël Aviragnet, candidat PS dans la huitième sauve l’honneur des socialistes, grâce au soutien de la présidente de région Occitanie Carole Delga. Le parti LR n’a plus de député dans le département : Laurence Arribagé, députée LR sortante dans la troisième circonscription perd également face à un candidat LREM. 

La vague LREM touche également l’Hérault
Dans ce département, comme en Haute-Garonne, les candidats LREM étaient arrivés en tête du premier tour. Tout logiquement, ils confirment dans un grand nombre de circonscriptions, excepté dans la sixième où Emmanuelle Ménard, épouse de Robert Ménard, maire de Béziers, est élue avec 53,49% contre la candidate LREM Isabelle Voyer (46,51%). Ou encore dans la deuxième, où Muriel Ressiguier, de la France Insoumise, l’emporte sur Stéphanie Jannin (LREM), par 52,29% contre 47,71%.

Dans les autres, c’est une vague « bleue Macron » :
Dans la première, Patricia Mirallès (LREM), gagne contre France Jamet, par 65,69% contre 34,31%
Dans la troisième, Coralie Dubost, (LREM), décroche 60,45% des voix
Dans la quatrième, Jean-François Eliaou (LREM) est élu avec 65,70%
Dans la cinquième, Philippe Huppé (LREM) gagne avec 58,36%
Dans la septième, Christophe Euzet (LREM) l’emporte avec 52,83%
Dans la huitième, Nicolas Démoulin (LREM) est élu avec 62,85%
Dans la neuvième, Patrick Vignal (LREM) est député avec 64,54% des voix.

Plus de député socialiste dans le Lot
Le département d’où est originaire l’ancien président PS de Région Martin Malvy devient bicolore. Dans la première, Aurélien Pradié (LR) l’emporte sur Sébastien Maurel de LREM (51,32% contre 48,68%). Dans la deuxième, Huguette Tiegna (LREM) devient député et s’impose face à Vincent Labarthe (PS) par 53,25% contre 46,75%.

Morel à L’Huissier conserve son siège en Lozère
Le député sortant Pierre Morel A L’Huissier (Les Républicains) s’impose face à Francis Palombi, de LREM par 56,61% contre 43,39%. L’abstention est relativement faible : 44,62%

Dans les Hautes-Pyrénées,
Dans la première circonscription, Jean-Bernard Sempastous, maire de Bagnères de Bigorre et candidat LREM arrivé largement en tête au premier tour confirme pour le deuxième tour, face à Sylvie Ferrer (FI) par 58,85% contre 41,85%.
Dans la deuxième circonscription, Jeanine Dubié (RDG), s’impose face à Marie-Agnès Staricky (51,09% contre 19,54%).

Dans les Pyrénées Orientales, Le FN de toutes les batailles
Dans ce département, le FN était de toutes les batailles. Mais seul Louis Aliot parvient à remporter son duel face à Christine Espert (50,56% contre 49,44%) dans la deuxième. Dans toutes les autres, LREM l’emporte : Ainsi, Romain Grau (LREM) bat Alexandre Bolo (FN) (57,22% contre 42,78%) dans la première circonscription (31,75% contre 20,26%). Dans la troisième, Laurence Gayte (LREM) s’impose face à Sandrine Dogor (FN) (59,31% contre 40,61%). Enfin, dans la quatrième, Sébastien Cazenove (LREM) est devant Stéphane Massanell (FN) (57,97% contre 49,03%).

Dans le Tarn, finalement pas de député FN
Pas de surprise dans ce département : tous les candidats arrivés en tête au premier tour transforment l’essai. Ainsi, dans la première circonscription, Philippe Folliot (divers droite), s’impose largement face au candidat frontiste Frédéric Cabrolier (70,69% contre 29,31%). Dans la deuxième, Marie-Christine Verdier-Jouclas (LREM) gagne avec 66,14% des voix contre Doriane Albarao (FN) (33,86%). Enfin, dans la troisième, le maire de Lavaur Bernard Carayon (LR), est battu par Jean Terlier (LREM) (52,11% contre 47,89%).

En Tarn-et-Garonne
Dans ce département, la député sortante PS Valérie Rabault retrouve les bancs de l’assemblée nationale : son opposant, Pierre Mardegan (LREM), n’a pas réussi à l’inquiéter (55,28% contre 44,72%).
Dans la deuxième circonscription, Sylvia Pinel (RDG), ancienne ministre et députée sortante retrouvera son siège à l’assemblée nationale. Elle s’est imposée face au candidat FN Romain Lopez, par 55,40% des voix contre 44,60%. L’abstention a fait 52,35%.
M.V.

Photo Rémy Gabalda - ToulÉco