ToulÉco

Publié le lundi 12 juin 2017 à 00h30min par Martin Venzal

Législatives 2017. Tous les résultats à Toulouse et en Haute-Garonne

Ce n’est plus une vague, c’est un raz-de-marée pour le mouvement d’Emmanuel Macron La République En Marche. Souvent inconnus du grand public, ses candidats arrivent en tête dans toutes les circonscriptions de la Haute-Garonne, au détriment des socialistes.

Dans toutes les circonscriptions, La République En Marche arrive largement en tête. Face à ses candidats, les neufs députés socialistes et la député LR sortants sont soit battus, soit en ballotage défavorable.

Première circonscription
La députée socialiste sortante Catherine Lemorton briguait un troisième mandat et avait face à elle onze candidats, dont le maire adjoint de Toulouse François Chollet (LR). Pierre Cabaré, initialement investi par La République En Marche, s’est finalement présenté sans étiquette, en raison d’un peine d’inéligibilité qui datait de 2003. Mais la candidate PS ne reviendra pas en deuxième semaine : elle n’arrive que troisième avec 14,95% des voix. C’est bien Pierre Cabaré qui fait la course largement en tête (33,7%). Claire Dujardin, de la France Insoumise, se maintient au deuxième tour avec 18,34% des voix.

Deuxième circonscription
Le député socialiste Gérard Bapt se présentait pour un neuvième mandat, face à onze autres candidats. Finalement, il ne réussit pas à se maintenir au deuxième tour, avec 14,38% contre 15,45% pour Anne Stambach-Terrenoir, de la France Insoumise. Mais c’est bien Jean-Luc Lagleize (Modem), qui représente La République En Marche qui arrive largement en tête avec 37,61% des votes exprimés. Christine Gennaro-Saint (LR) arrive quatrième avec 11,31% des suffrages.

Troisième circonscription
Laurence Arribagé, députée sortante et seule représentante du parti Les Républicains va-t-elle réussir à conserver son poste ? Elle est en tout cas au deuxième tour, avec 22,27% des voix, derrière la candidate LREM Corinne Vignon, maire de Flourens, qui décroche 39,61% des voix. Isabelle Hardy, ancienne première adjointe du maire de Toulouse Pierre Cohe, arrive quatrième avec 8,58% des voix derrière Gilles Naudy, France Insoumise (12,45%).

Quatrième circonscription
La députée sortante PS Martine Martinel se représentait pour un troisième mandat. Mais c’est finalement sans surprise que Mickael Nogal, représentant du parti LREM en Haute Garonne qui arrive en tête avec 36,07% des voix. Au deuxième tour, il sera face à Liem Hoang Ngoc. Le candidat de la France Insoumise obtient 21,02% des voix, et passe devant les ténors LR (Bertrand Serp, 13,26%) et PS (Martine Martinel 10,14%).

Cinquième circonscription
Françoise Imbert, la députée sortante socialiste ne se représentait pas, ce qui laissait le champs libre aux treize autres candidats. Et sans surprise, le candidat LREM, Jean-François Portarrieu est arrivé en tête avec 37,66% des voix. Il sera opposé au deuxième tour à Julien Leonardelli, représentant départemental du FN (16,67%).

Sixième circonscription
Monique Iborra est la députée sortante de cette circonscription qu’elle avait emporté sous l’étiquette PS. Depuis, l’édile avait été exclue du PS et a rejoint le parti d’Emmanuel Macron. C’est sous l’étiquette LREM qu’elle arrive donc en tête pour le deuxième tour des législatives (39,54% des voix). Son poursuivant, Patrick Jimena, France Insoumise, aura fort à faire avec 15,82% des voix. Camille Pouponneau, conseillère départementale socialiste arrive troisième avec 12,27% des suffrages.

Septième circonscription
Comme pour la cinquième circonscription, le député PS sortant Patrick Lemasle ne se représentait pas. Pour autant, la candidate PS Marie-Caroline Tempesta n’arrive que quatrième. En tête, c’est bien Elisabeth Toutut-Picard, adjointe au maire de Toulouse et candidate LREM qui fait la course en tête avec 37,41% des voix. Marie Dombes (FN) sera au deuxième tour puisqu’elle se maintient avec 16,68% des voix. Ce n’est pas une surprise : dans cette circonscription, le Front National était arrivé en tête au premier tour des élections présidentielles d’avril.

Huitième circonscription
C’est la circonscription du Sud de la Haute-Garonne, et le fief de la présidente de région Carole Delga qui avait décidé de ne pas briguer de nouveau poste de député. Au final, son dauphin, le maire d’Encausse Les Thermes Joël Aviraget se maintient au deuxième tour avec 17,78% des voix. Mais il aura fort à faire face à un candidat LREM largement en tête. Michel Montsarrat, restaurateur à Luchon et ancien champion de France de Rugby décroche en effet 33,35% des suffrages.

Neuvième circonscription
Là encore, le député sortant, Christophe Borgel, sous étiquette PS, avait fort à faire face à douze autres candidats. Et lui non plus ne résiste pas à la vague LREM. La journaliste réalisatrice Sandrine Mörch, candidat LREM prend la tête (36,96%) devant le ténor de la France Insoumise Manuel Bompard (18,91%). Dans cette circonscription, Jean-Luc Mélenchon était arrivé en tête du premier tour des présidentielles.

Dixième circonscription
Last but not least, la dixième circonscription était tenu par l’ancien ministre, le socialiste Kader Arif. Mais face à une conjoncture défavorable et des soucis judicaires, le député sortant n’arrive en cinquième position avec 7,82%. Sébastien Nadot, candidat de LREM, fait la course en tête avec 39,31% des voix. Face à lui, Monique Fabre, France Insoumise, est loin derrière (13,89% des voix). Dans cette circonscription, Emmanuel Macron était arrivé en tête lors des élections présidentielles. Professeur de sport, Sébastien Nadot était auparavant engagé au sein du mouvement des progressistes, le parti de l’ancien communiste Robert Hue.
M.V.

Sur la photo : les candidats de La République En Marche investis en Haute-Garonne - Photo ToulÉco