ToulÉco

Publié le jeudi 1er juin 2017 à 21h51min par Johanna Decorse

Les Sites touristiques Ariège affirment leur profil préhistorique

En charge de la gestion de cinq sites majeurs dont le château de Foix qui accueille quelque 80.000 visiteurs par an, les Sites touristiques Ariège vont exploiter durant une année de transition la grotte ornée de Bédeilhac. Un nouveau site pour affirmer leur profil préhistorique.

Créé en 1997 par le Département, le service d’exploitation des sites touristiques de l’Ariège a en gestion directe cinq sites majeurs qui ont totalisé en 2016 près de 200.000 visiteurs et généré 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Outre le château de Foix, le Parc de la préhistoire situé à Tarascon, et le Palais des évêques de Saint-Lizier qui appartiennent à la collectivité, ce service public industriel et commercial à simple autonomie financière exploite la grotte de Niaux, propriété de l’État. Depuis 2004,
il gère aussi pour le compte de la commune, celle du Mas d’Azil et de son musée de la préhistoire.

Depuis le 20 mai dernier, ce service du Département de l’Ariège a en plus étoffé son catalogue en assurant pour une année la gestion de la grotte de Bédeilhac, dans la vallée de Saurat. Propriété de la commune de Bédeilhac-et-Aynat, ce site était exploité depuis les années 1970 par un privé, René Galli, passionné de préhistoire et décédé en début d’année.

Une année de transition

« La mairie s’est tournée vers le Département pour prendre la suite car elle souhaitait une mise en tourisme rapide. Elle s’est laissée jusqu’à la fin 2017 pour passer une délégation de service public à laquelle nous pourrons répondre. Cette année transitoire va nous permettre de nous faire une idée en matière de fréquentation, de retour du public et de tester nos produits et notre type de médiation », explique Cécile Sarrail, chef du service communication et marketing.

Site géologique remarquable, aux dimensions impressionnantes, la grotte de Bédeilhac témoigne d’une présence humaine dès l’époque magdalénienne avec des peintures, gravures et modelages datés de 14.000 ans. Elle fut également occupée durant la Seconde guerre mondiale par des industriels dont Dewoitine qui y stockèrent du matériel puis par l’armée allemande qui y installe et y répare ses avions. En déclin depuis quelques années, ce joyau souterrain à l’histoire mouvementée pourrait une fois relancé, donner aux Sites touristiques Ariège une carte à jouer de grande qualité.

Au niveau de la Dordogne

Si la structure départementale venait à assurer durablement la gestion de cette nouvelle grotte, elle a déjà prévu de déployer des séjours thématiques et des « produits complets » pour faire de l’Ariège « une destination préhistoire » avec quatre sites distincts à promouvoir.

« Nos vestiges sont au moins aussi beaux que ceux de la Dordogne. Face à Lascaux 4 ou à Chauvet qui ne présentent que des fac-similés, l’Ariège tient largement la comparaison avec ses grottes originales dont celles de Niaux », assure Cécile Sarrail. Ce site, qui se visite sur 1600 mètres à la lueur d’une lampe portative, et dont la fréquentation est limitée à 30.000 visiteurs par an pour des questions de conservation, figure en effet parmi les plus beaux au monde en matière de peintures pariétales.
Johanna Decorse

Sur les photos :
En haut : les Sites touristiques Ariège ont repris pour un an la gestion de la grotte de Bédeilhac et de ses trésors géologiques et préhistoires. Photo Sites Touristiques Ariège- Damien Butaeye
En bas : La grotte de Niaux, joyau de l’art pariétal. Photo ® R. Kann

7,5 millions d’euros investis pour le château de Foix

En marge de la reprise de l’exploitation de la grotte de Bédeillac, les Sites touristiques Ariège travaillent actuellement sur un gros programme d’investissements que le département va consacrer au château de Foix, véritable phare du tourisme ariégeois . Ce plan de 7,5 millions d’euros, qui comprend l’acquisition du Palais des gouverneurs, situé au pied de l’édifice médiéval et qui accueillera d’ici 2019, sur 2000m2 un espace muséographique, prévoit l’installation d’un ascenseur panoramique permettant l’accès au château.