ToulÉco

Publié le jeudi 12 avril 2018 à 21h40min par Johanna Decorse

Hyperloop TT : les premiers tubes de la future piste d’essais arrivent à Toulouse

Hyperloop TT, l’une des principales entreprises porteuses du projet de train futuriste à grande vitesse Hyperloop, vient de réceptionner les premiers tubes pour sa piste d’essais à taille réelle de Toulouse-Francazal. La capsule passager est attendue pour cet été.

Le projet commence vraiment à devenir réalité. Les trois premiers tubes de la pistes d’essais que la société américaine Hyperloop Transportation Technologies veut construire sur son nouveau site de Toulouse-Francazal ont été livrées par camion dans la nuit de mercredi 11 à jeudi 12 avril. Treize autres tubes fabriqués en Espagne par Haizea Group, seront livrés dans les prochaines semaines.

Ces tronçons de 20 mètres de long, 65 tonnes et d’un diamètre intérieur de 4 mètres, serviront au montage d’une piste d’essais fermée de 320 mètres. Conçue pour transporter passagers et marchandises, elle sera opérationnelle dès cette année. Un second système grandeur nature de 1 kilomètre, surélevé par des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres, devrait être achevé en 2019. La capsule de passagers à taille réelle est en cours de finition en Espagne dans les ateliers de Carbures, un partenaire industriel de Boeing et Airbus. Elle devrait pour sa part être livrée à Francazal cet été en vu de l’assemblage final.

40 millions d’euros d’investissements

Le centre de recherche et développement de Toulouse pour lequel Dirk Ahlborn, PDG d’Hyperloop TT, a prévu d’investir 40 millions d‘euros sur cinq ans, est situé sur l‘ancienne base militaire 101 de Francazal dont une partie a été reconvertie en véritable pépinière des transports du futur. Il est censé accueillir à terme une cinquantaine de doctorants et ingénieurs et un incubateur de start-up travaillant sur des technologies connexes au projet Hyperloop. Ce programme de recherche lancé en 2013 par Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, s‘appuie sur des capsules lévitant dans des tubes à base pression à une vitesse pouvant atteindre 500km/h. Hyperloop TT et Hyperloop One figurent parmi les sociétés les plus avancées sur cette technologie.

Des accords dans neuf pays

« Construire à grande échelle est une preuve d’engagement et d’innovation sur le long terme », a indiqué jeudi dans un communiqué Bibop Gresta, président d’Hyperloop TT. « Nous avons été les pionniers de cette technologie, prouvée et assurée par la plus grande compagnie de réassurance au monde, Munich RE. Nous avons aujourd’hui des accords dans neuf pays où nous travaillons sur des études de faisabilité et sur la mise en place de nouvelles réglementations. Nous disposons d’un centre de recherche et développement à Toulouse et d’un autre dédié au fret et à la logistique au Brésil. Hyperloop n’est plus seulement un concept, c’est aujourd’hui une véritable industrie commerciale », affirme le dirigeant.

Créée en 2013, Hyperloop TT s’appuie sur une équipe internationale composée de 800 ingénieurs, créatifs et techniciens. Depuis son siège de Los Angeles, la société a ouvert des bureaux à Abu Dhabi et Dubai, Barcelone ou encore Bratislava autour d’un projet de liaison ultra-rapide entre la ville de Brno, en République Tchèque et la capitale slovaque.
Johanna Decorse

Sur la photo : Fabriqués en Espagne, les premiers tronçons de la piste d’essais d’HyperloopTT sont arrivés mercredi 11 avril en soirée sur le site de Toulouse-Francazal. Photo HyperloopTT.

1 Commentaire

  • Le 13 avril à 08:17 , par bernard

    ce qui n’a pas été dit c’est que les 800 ingenieurs mentionnés travaillent ( ?) bénévolement !!!
    ils sont payés uniquement en action de la société , dont la valeur n’est que virtuelle
    c’est tout benefice pour les createurs qui deboursent tres peu et investissent dans la creation d’un reseau de « pigeons » dont on valorise les tetes en vue de faire rentrer des investisseurs qui eux, investiront de l’argent , du vrai .
    Les quelques tuyaux arrivés à Francazal serviront uniquement de vitrine pour faire croire qu’il se passe des choses sur le site
    Nos institutionnels se sont laissés bernés par bonimenteurs efficaces .
    Pour gagner une course il faut bien choisir son cheval , et hyperloop TT n’est pas le bon

Répondre à cet article