ToulÉco

Publié le jeudi 23 novembre 2017 à 18h10min par Natacha Zimmermann

Les transports du futur sont déjà à Toulouse

Qui n’a jamais eu envie de monter à bord des engins imaginés par Jules Verne ? Ou de tester la DeLorean de Retour vers le futur ? Ces véhicules futuristes font rêver petits et grands depuis des décennies… et pourraient bientôt faire partie de notre quotidien.

L’hyperloop

Elon Musk en rêvait en 2013, c’est en train de devenir réalité. Trois entreprises travaillent aujourd’hui sur l’hyperloop, ce tube de métal transportant fret ou voyageurs, surélevé sur un coussin d’air et dépassant les 1000 km/h : Transpod, Hyperloop One et Hyperloop Transportation Technologies (HTT). En mars, Hyperloop One a annoncé avoir dépassé le cap des 309 km/h en phase de tests. Quant à HTT, dont le centre de recherche et développement est installé à Toulouse, elle devrait débuter la construction de son hyperloop en février 2018, et espère le tester six mois plus tard.

La voiture volante

Le 7 mars, c’est enthousiaste qu’Airbus présentait Pop.Up au salon de Genève : un véhicule mi-volant, mi-roulant, autonome et électrique. La capsule devrait être testée à la fin de l’année 2017. Et ce n’est pas le seul taxi volant sur lequel travaille le constructeur aéronautique : le projet Vahana (monoplace), lancé en 2016, devrait aboutir en 2020. Le prototype taille réelle de CityAirbus (cinq personnes), créé par la section Airbus Helicopters, pourrait quant à lui voler dès 2018.
Boeing s’est également lancé dans l’aventure. L’avionneur américain a confié la fabrication de son taxi volant à la société Aurora Flight Sciences, qui travaille avec Uber. Un premier prototype avait déjà volé au-dessus du sol en avril. À ces projets s’ajoute celui de Zee.Aero, start-up soutenue par le cofondateur de Google, Larry Page. Terrafugia promet, lui, que son TF-X, volant à plus de 320 km/h, sera opérationnel en 2018. Et le Xplorair du Toulousain Michel Aguilar devrait être présenté au salon du Bourget en 2019.

Les transports autonomes

La voiture autonome est déjà quasiment prête. Le prototype de Waymo et Google, la Firefly, roule déjà depuis quelques années, tout comme ceux de PSA et Renault. Le métro parisien et le RER A sont également en partie autonomes. Et ce sera bientôt le cas pour le RER E (intra-muros), et les trains de transport de fret. C’est ce qu’a annoncé la SNCF en juin. Le RER E sera, dès 2022 et son prolongement vers l’ouest,
automatisé pour ses trajets dans Paris intra-muros (hors de la capitale, un conducteur prendra le relais). Concernant les transports de fret, des premiers tests auront lieu en 2019, pour une autonomisation complète d’ici 2022.
N.Z.

La 6e édition de Futurapolis se déroulera à Toulouse, les vendredi 24 et samedi 25 novembre 2017.
Plus d’informations : http://www.futurapolis.com/