ToulÉco

Publié le dimanche 2 décembre 2018 à 18h20min par Audrey Sommazi

Nicolas Perrier : « Liebherr engage une démarche d’innovation qui doit la mener vers l’usine 4.0 »

Liebherr-Aerospace Toulouse a signé un partenariat avec l’IoT Valley. Objectif : profiter de l’expertise des start-up pour optimiser son outil industriel. Explications avec Nicolas Perrier, responsable du service méthodes générales.

Nicolas Perrier, quelle est la stratégie de Liebherr-Aerospace Toulouse en matière d’innovation ?
Il y a trois ans, face aux mutations technologiques industrielles (réalité augmentée, robotisation, exosquelette), l’entreprise a décidé de mettre en place une démarche d’innovation globale afin de construire une feuille de route vers l’usine 4.0, en améliorant la qualité de travail et notre compétitivité. Car jusque-là, nous innovions sur le produit. Nous avons alors créé un groupe de travail qui s’est rapproché de l’IoT Valley, à Labège, en Haute-Garonne. Car nous avions besoin de méthodes pour nous challenger et nous accompagner dans cette démarche. Et la mentalité de cette jeune équipe nous a accrochés.

Concrètement, quelles sont les modalités de ce partenariat ?
Il porte sur l’amélioration et l’optimisation de l’outil industriel. Deux équipes, l’une de quinze personnes de l’IoT Valley (dont dix start-up) et une autre de Liebherr-Aerospace, se sont rendues dans les locaux du groupe à Toulouse et à Campsas (Tarn-et-Garonne). Lors de ces visites appelées « journées catastrophes », les équipes ont suivi toutes les étapes de la production pour relever les problèmes rencontrés par les techniciens. Puis, elles ont proposé des proof of concept ( Poc), c’est à dire des solutions innovantes à petite échelle au budget limité.

Pouvez-vous donner l’exemple d’une solution retenue ?
Sur les dix problématiques impactantes notées, nous avons choisi de réaliser et tester trois solutions, dont celui de la visseuse intelligente, connectée à la machine industrielle et à un système de réalité augmentée. Cette solution permet de prévenir en temps réel le technicien. Il reçoit un message le prévenant qu’une vis est mal serrée. Il faut savoir qu’un équipement contient environ 300 pièces et qu’un oubli peut arriver.

Quel est le montant de l’investissement de Liebherr dans ce partenariat ?
Par Poc, il est de 30.000 euros maximum pour trois mois, période qui nous permet de vérifier la faisabilité de cette solution.

Quelle est la durée de ce partenariat avec l’IoT Valley ?
Nous avons signé le premier en juillet 2018 pour un an. Nous réfléchissons à une troisième journée catastrophe au centre d’essais et de développement à Toulouse. Si le partenariat est efficace, nous pourrons le déployer sur d’autres secteurs comme la R&T, le service informatique et les fonctions support. De plus, le site de Toulouse est une usine pilote. Les idées innovantes pourront aussi profiter à toute la division aéronautique du groupe, à laquelle Liebherr-Aerospace Toulouse appartient.
Propos recueillis par Audrey Sommazi

Sur les photos
En haut : Nicolas Perrier, responsable du service méthodes générales chez Liebherr Toulouse. Crédits : Liebherr.
En bas : Un travail réalisé à l’usine de Campsas. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.