ToulÉco

Publié le mercredi 30 novembre 2016 à 18h08min par Johanna Decorse

Ski : Luchon-Superbagnères maintient le cap sur ses projets

Les résultats en baisse de l’hiver dernier ont retardé certains projets mais la ville de Luchon maintient ses investissements pour moderniser ses équipements. La station de Superbagnères passera mi-2017 sous la gestion d’une société d’économie mixte.

À quelques jours de son ouverture, le 10 décembre, Luchon-Superbagnères, croise les skis. L’hiver dernier a été difficile et le manque de neige du début a pesé sur toute la saison. Cette dernière s’est clôturée avec un chiffre d’affaires en baisse, à 3,5 millions d’euros contre 4,3 millions en 2014-2015 et un recul des journées skieurs, de 210.000 à 160.000. Seul le Céciré Express a réussi à défier la météo. Entré en service le 12 décembre 2016, ce nouveau télésiège six places débrayable qui permet d’atteindre en six minutes le point le plus haut de la station contre vingt-quatre minutes auparavant, a transporté au total quelque 253.000 passagers, soit autant que la télécabine.

Bon score du Céciré Express

La construction de ce nouvel équipement, unique dans les Pyrénées, prévu pour porter aussi des VTT et servir ainsi la stratégie d’activité « quatre saisons » de la station, a coûté 9 millions d’euros. Il s’agit de l’un des principaux projets du plan d’investissements record de 46 millions d’euros, dont les trois quarts vont concerner Superbagnères, lancé par la ville de Luchon en 2014.

Le prochain chantier, qui n’est pas encore financé et a été retardé au-delà de 2018, sera le remplacement de la télécabine pour réduire l’impact de la voiture dans ce site classé. Ce futur équipement de dix places au lieu de quatre, accueillera à terme 2600 personnes à l’heure contre 1500 aujourd’hui et devrait coûter entre 13 et 15 millions d’euros. Son mode d’exploitation est encore à l’étude. A plus court terme, la station porte aussi un projet de tyrolienne de 1,7 km de long, allant à 130km/h, utilisable été comme hiver, et dont les travaux devraient démarrer au printemps 2017.

Délégation de service public au printemps

Annoncée depuis plusieurs années, la création d’une société d’économie mixte pour l’exploitation de la station se concrétisera d’ici la fin décembre. « Le pacte d’actionnaires est bouclé, la capitalisation à hauteur de 700.000 euros va intervenir dans les jours qui viennent. Le changement d’exploitation interviendra au printemps avec le lancement d’un appel d’offres pour une délégation de service public auquel la Sem candidatera », a annoncé le 22 novembre Louis Ferré, le maire socialiste de Luchon.

La future Sem sera détenue à 55% par le Sigas, autorité organisatrice et propriétaire des installations de la station, et par la communauté de communes du Luchonnais. Le reste du capital sera aux mains d’actionnaires privés : les Villages Club du Soleil qui exploitent le Grand Hôtel de Superbagnères, EDF, la Caisse d’Épargne ou encore l’Ecole de ski français et des loueurs de la station.

Pour la station Superbagnères, gérée depuis octobre 2012 par une régie intercommunale, suite au divorce à l’amiable avec le réseau Altiservice, l’année 2017 sera donc celle du retour à la DSP mais avec « un management au plus près du terrain », précisé l’élu PS. Le cadre de la Sem permettra aussi de capter davantage de financements pour les projets à venir. Mais le premier objectif de Superbagnères reste selon Patrice Gaut, directeur de la station, de « recoller cet hiver aux moyennes des années précédentes » pour atteindre rapidement un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et de 250.000 journées ski.
Johanna Decorse

Sur la photo :La station Luchon Superbagnères ouvrira ses pistes le 3 décembre prochain. Photo ® Jérome Cau.

Le casino déménage

Dès cet hiver commencera le chantier du déménagement du casino municipal, destiné à intégrer la partie Chambert des thermes de Luchon. Le nouveau casino, géré dans le cadre d’une délégation de service public par la Société française de casinos, devrait ouvrir pour les vacances de Noël 2017.
Avant même le départ des machines à sous, le théâtre napoléonien classé, dont le plafond a été entièrement rénové, lèvera de nouveau le rideau au mois de décembre. Un « autre projet » est à l’étude dans les espaces restants du bâtiment a indiqué Louis Ferré, sans plus de précision.
De leur côté, les thermes et l’espace remise en forme, gérés par deux régies municipales, pourraient provisoirement fusionner avant d’être chapeautés par une seule et même structure dont le statut juridique reste à déterminer, selon « les objectifs à atteindre en matière d’investissement », a encore précisé le maire de Luchon.

1 Commentaire

  • Le 1er décembre à 09:28 , par Jérôme

    L’article est plutôt positif en étant axé sur la mutation de la station avec des Pyrénées sans neige. Cependant, les propos de Patrice Gaut, directeur de la station, de « recoller cet hiver aux moyennes des années précédentes » en tant que premier objectif, semblent signifier que cela sera fait à gros renforts de neige de culture (captation des réserves hydriques, consommation d’énergie, parfois pollutions…) et qu’en plus cette nuisance aux intérêts collectifs sera vraisemblablement faite avec de l’argent public, donc le notre…

Répondre à cet article