ToulÉco

Publié le mercredi 3 mai 2017 à 20h30min par Agnès Fremiot

Ludilabel, le spécialiste toulousain de l’étiquette autocollante, s’installe en Italie

La start-up toulousaine Ludilabel poursuit son développement. Grâce à une première levée de fonds, elle va s’installer à Milan en Italie, avant peut-être de s’implanter en Espagne et dans les pays du Nord de l’Europe.

Installé dans le centre-ville de Toulouse, Ludilabel poursuit sa croissance à deux chiffres et maintient son objectif de devenir le numéro 1 de l’étiquette autocollante en Europe. Pour l’atteindre, la société va se doter, dès le mois juin, d’une première antenne en Italie. Dans cet ordre d’idée, Sandrine Jullien-Rouquié, sa fondatrice, a réalisé une levée de fonds, dont le montant est gardé confidentiel, auprès de MP Croissance.

« Nous avons opté pour un chiffre raisonnable afin de conserver notre indépendance. Nos idées portent la croissance de la société depuis sa création, il nous semblait important de continuer à avancer comme nous le souhaitions. De plus, nous voulons rester raisonnables, pas question de nous enflammer. »

L’Italie compte parmi les marchés porteurs de la marque, qui commercialise déjà ses étiquettes dans quatre-vingt pays. L’entreprise y double chaque année ses commandes. Ludilabel a opté pour une implantation à Milan, sa capitale économique, qui représente déjà 23% de ses commandes transalpines. « A titre de comparaison, c’est plus que Paris (15%) pour la France », précise Sandrine Jullien-Rouquié. « Nous avons choisi, comme à Toulouse, de nous installer dans le centre-ville, afin que cette première antenne soit une petite sœur de Ludilabel, et non un parent pauvre. » Cette première déclinaison pourrait en engendrer d’autres, d’abord en Espagne, puis en Scandinavie. « Avec les pays du nord, nous pourrions décaler notre saisonnalité, puisque la rentrée s’effectue là bas au moins d’août. »

De nouveaux produits en perspective

Ludilabel a réalisé un chiffre d’affaires de 1,8 million d’euros en 2016, un résultat qu’elle double chaque année. Grâce à sa levée de fonds, l’entreprise est désormais valorisée à hauteur de 2,21 millions d’euros. « Nous sommes surtout fiers d’être rentables depuis notre première année d’exercice », se réjouit la chef d’entreprise. Parmi ses licences, la marque compte en exclusivité Disney, Pixar et Marvel avec un best-seller indétrônable, La Reine des neiges.

Aujourd’hui, l’entreprise réfléchit à lancer de nouveaux produits ludiques, pratiques et esthétiques, afin d’amener de la récurrence dans les commandes de sa cible, les mamans urbaines actives et connectées. Dans ce sens, elle travaille en partenariat avec le FabLab Artilect sur deux prototypes. Ludilabel s’intéresse également aux étiquettes connectées et à leur usage. « Dans un territoire comme le nôtre où l’innovation est le maître mot, il est difficile de ne pas y songer ! »
Agnès Frémiot

Sur la photo : Sandrine Jullien-Rouquié, fondatrice de Ludilabel. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.