ToulÉco

Publié le dimanche 3 février 2019 à 19h28min par Audrey Sommazi

Airbus. Le super-jumbo A380 au bord du crash ?

La compagnie Emirates réfléchirait à convertir sa dernière commande d’A380 en biréacteurs A350. Une telle décision marquerait probablement la fin de la production du plus gros avion commercial au monde.

Les nuages semblent (encore une fois ? ) obscurcir l’avenir de l’A380. Airbus a affirmé dans un communiqué publié jeudi 31 janvier être entré en discussion avec la compagnie du Golfe Emirates Airlines au sujet d’une commande de trente-six appareils. « Les détails des discussions commerciales avec des clients restent confidentiels », a ajouté l’avionneur basé à Toulouse. Contacté par la rédaction de ToulÉco, Airbus n’a pas souhaité faire de commentaires.

Mais, selon les agences de presse Bloomberg et Reuters, qui citent plusieurs sources, les discussions porteraient en réalité sur une transformation de cette commande d’A380 en A350, le dernier-né sur le segment long-courrier d’Airbus. Ce revirement serait lié aux difficultés rencontrées par la compagnie dans ses négociations commerciales avec Rolls-Royce, qui doit fournir les moteurs du super-jumbo. La compagnie de Dubaï et le motoriste britannique ne parviendraient pas à trouver un terrain d’entente sur les performances des futurs moteurs de l’avion, selon Bloomberg.

Une telle décision pourrait-elle mettre un terme au programme de ce très gros porteur, dont la compagnie Emirates est la principale cliente avec plus de la moitié des commandes, soit 162 sur 321 ? Déjà, il y a un an, l’ancien directeur commercial d’Airbus John Leahy, avait annoncé que sans nouvelle commande d’Emirates, l’avionneur serait contraint d’arrêter le programme A380. Puis quelques jours plus tard, la compagnie du Golfe passait une commande miracle de vingt appareils, et seize en option, pour une valeur de 16 milliards de dollars. Par la même occasion, cette commande redonnait un peu de souffle au constructeur et à son programme.

quatre-vingt-sept A380 à livrer, dont cinquante-trois à Emirates

Le géant des airs, qui a fêté en 2017 les dix ans de son premier vol commercial, a engrangé 321 commandes. 234 appareils ont déjà été livrés. A la fin décembre 2018, il ne restait que quatre-vingt sept A380 à remettre à ses futurs propriétaires, dont cinquante trois pour la seule compagnie Emirates.
Mais le plus gros avion commercial au monde avec une capacité maximum de 853 sièges a de la peine à trouver de nouveaux clients. Aussi, en attendant que le marché des super gros-porteurs redémarre, l’avionneur a engagé une course contre la montre pour maintenir le programme en vie en réduisant sa cadence de production : huit avions par an en 2018 et seulement six en 2020.
A.S.

Sur la photo : La décision de la compagnie Emirates pourrait conditionner l’avenir du programme A380. Crédits : Airbus