YOUYOU

ToulÉco

Publié le jeudi 8 février 2018 à 20h38min par Audrey Sommazi

Aéronautique. Vers une sortie de crise pour l’A400M ?

Le groupe Airbus basé à Toulouse a annoncé avoir trouvé avec les États clients de l’avion de transport militaire A400M un schéma d’accord pour régler les problèmes de délais de livraisons et les capacités techniques réclamées pour l’appareil. Le but ? Éviter l’accumulation des retards, pénalités, réclamations, révisions, etc., qui jalonnent la vie de ce programme depuis 2003 et alourdissent sans cesse son poids financier.
Le constructeur aéronautique a aussi indiqué passer pour la dernière fois des provisions sur ce programme au titre de l’exercice 2017. Le groupe précisera la facture le 15 février, lors de l’annonce de ses résultats annuels.

Depuis février 2017, le constructeur aéronautique demande un rééchelonnement de son calendrier de livraison et une renégociation pour éviter les pénalités de retard. Et, un an plus tard, ce lundi 5 février, les représentants des pays clients qui ont commandé des A400M (Allemagne, France, Royaume-Uni, Espagne, Turquie, Belgique, Luxembourg) se sont réunis pour discuter des retards enregistrés dans le développement de l’appareil en raison de problèmes techniques.

Mercredi 7 février, Airbus annonce que les premières discussions ont été positives. « L’organisation européenne de coopération en matière d’armement (Occar), les nations clientes et Airbus ont convenu de modifier certains éléments contractuels, dont un plan de livraison remanié ainsi qu’une feuille de route pour le développement et la qualification des capacités militaires finales del’A400M » précise Airbus. « La mise en place d’une feuille de route robuste et partagée avec les clients permettra de réduire à l’avenir l’exposition aux risques », ajoute l’avionneur.

L’A400M a connu de nombreux retards et surcoûts qui ont lourdement pesé sur les comptes d’Airbus. Une défaillance dans le téléchargement d’un logiciel des moteurs avait provoqué le crash d’un appareil en vol d’essai en mai 2015 à Séville, qui avait coûté la vie à quatre des six membres d’équipage. Le premier A400M a été livré en 2013, quatre ans après la date prévue et le montant total du programme a dépassé les 30 milliards d’euros, contre un peu plus de 20 prévus a l’origine. Airbus a livré dix-neuf A400M en 2017, portant à cinquante-sept le nombre total de livraisons depuis l’entrée en service de l’appareil en 2013. Au 31 décembre 2017, l’A400M avait été commandé à 174 exemplaires par huit pays.