ToulÉco

Publié le mardi 21 novembre 2017 à 17h13min par Natacha Zimmermann

Catherine Antic : « Notre territoire est connu pour sa French tech »

La Banque populaire occitane soutient la manifestation pour la quatrième fois, et cette année le groupe Banque populaire Caisse d’épargne y présentera même quatre de ses start-ups clientes. Catherine Antic, directrice des marchés, explique l’intérêt de la banque pour l’innovation.

Catherine Antic, pourquoi soutenir Futurapolis ?
Nous soutenons cette manifestation depuis son origine, donc pour la quatrième année consécutive. Cette année, le groupe Banque Populaire Caisse d’Épargne sera représenté sur un stand, sur les Quais du savoir. Notre territoire est connu pour sa French tech toulousaine et sa mise en relation entre PME et université, et c’est ce que nous soutenons au quotidien. Le groupe est même leader au niveau de l’aide à la création d’entreprise : dans la région, une start-up sur deux est chez nous, et nous soutenons près de 80 000 projets au national.

Qu’est-ce que signifie l’innovation pour vous ?
L’innovation est devenue un enjeu majeur. Nous nous transformons nous-même de l’intérieur. Nous avons par exemple lancé le Lab 89C3, qui sera présent sur les Quais du savoir les deux jours de la manifestation. Le 24 novembre, le directeur général du digital, Yves Tirode, viendra également parler de la data lors d’une conférence.
Nos innovations concernent à la fois nos clients et nos collaborateurs, il faut que les technologies concernent les deux parties. Nous privilégions ce qui peut offrir une proximité relationnelle. Mais nous cherchons aussi à conserver une grande proximité géographique avec nos clients.
Nous avons d’ailleurs décidé d’inviter quatre start-ups, clientes de notre agence spécialisée pour les start-ups innovantes, pour leur offrir la vitrine de Futurapolis : Terralba, qui travaille sur les technologies organiques, Opt’alm, qui fait de l’impression 3D, Biocenys, pour la biodiversité, et naïo technologies, spécialisée dans les robots agricoles.

Quels sont les projets du groupe pour l’année 2018 ?
Nous avons une trentaine de projets en cours. Nous sommes en pleine innovation, pour améliorer la banque. Le lab travaille notamment sur des projets de portefeuille connecté, qui permettra de mieux gérer son budget, d’un robot d’accueil, d’un bracelet connecté anti-vol de smartphone, etc.
Il y a dix mois, nous avons également lancé une agence spécifique pour les start-ups innovantes, Next Innov. Elle est dirigée par Philippe Chanez, anciennement responsable de l’innovation, qui sera présent lors de la manifestation.