ToulÉco

Publié le mercredi 4 octobre 2017 à 21h39min par Philippe Font

« Nous devons miser à la fois sur la diversification économique et sur le soutien à l’aéronautique »

Le forum de la CCI de Toulouse se tient ce jeudi 5 octobre autour de la nouvelle économie. Ce rendez-vous annuel est le premier pour Philippe Robardey en tant que président de la Chambre de commerce de Haute-Garonne.

Philippe Robardey, pourquoi avoir choisi la thématique de la nouvelle économie pour ce forum économique ?
Pour cette sixième manifestation coorganisée avec la CCI d’Occitanie, nous avons souhaité étudier comment la nouvelle économie s’inscrit dans le quotidien des entreprises, avec notamment la diffusion des nouvelles technologies et la digitalisation. Cette journée va permettre de voir comment la diffusion de ces technologies change le quotidien de l’entreprise et de son dirigeant. Notre idée est de prendre du recul sur notre métier et d’analyser les évolutions qui viennent impacter la vie des entreprises.

Quelques mois après votre prise de fonction à la tête de la CCI 31, quelle est la situation économique en Haute-Garonne ?
Elle s’améliore et connait même une certaine dynamique. Cela se retrouve dans les discours des chefs d’entreprises : le climat de confiance s’est amélioré par rapport à il y a quelques mois, même si on dénote encore une certaine inquiétude. Elle est sous-jacente et atténuée, mais elle est quand même présente. On se trouve dans un territoire qui est très performant économiquement, mais il faudra attendre un ou deux trimestres encore pour confirmer cette tendance. Sortir de la tourmente va demander du temps, même si on sent que depuis les dernières élections présidentielles et législatives, les choses se sont libérées après une période d’attentisme. Il n’y a pas d’alerte sectorielle particulière : l’aéronautique et le spatial affichent de bons résultats, le redressement dans le bâtiment est assez fort, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration connaissent moins de difficultés.

Il y a quelques jours le gouvernement a publié les ordonnances de la loi Travail. Qu’en attendez-vous en Haute-Garonne et en Occitanie ?
Quand on questionne les entrepreneurs sur le sujet, ils disent que cela va dans le bon sens. Cela permet de corriger des dérives qu’on avait laissé partir lors des dernières années notamment au niveau de la représentation du patronat ou des salariés. Cette loi Travail amène un signal positif aux entreprise, elle montre la volonté du législateur de prendre en considération les erreurs du passé, même s’il y a encore des choses à améliorer. Mais elle a déjà eu un effet psychologique majeur : on n’entend plus le message comme quoi les entreprises ne voulaient pas embaucher. On a passé un cap important.

Il y a quelques jours dans nos colonnes, Bernard Keller affirmait qu’il n’était pas un partisan de la diversification économique et qu’il préférait un soutien plus important de la filière aéronautique, locomotive de l’économie régionale. Êtes-vous d’accord avec sa vision ?
Selon moi, on doit miser à la fois sur la diversification économique et sur le soutien aux filières d’excellence. C’est comme si dans une ville on misait sur l’avenir sans se soucier de l’entretien du patrimoine. Nous n’avons pas le choix, nous devons continuer à être champion du monde dans les secteurs où on excelle. Et en parallèle, on doit investir sur d’autres activités comme la biosanté, les véhicules autonomes, les systèmes embarqués ou l’e-santé. Il ne faut pas opposer les deux visions.
Propos recueillis par Philippe Font

Sur la photo : Philippe Robardey, président de la CCI Haute-Garonne. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

P.S. :

Le forum économique de la CCI se tient cette année au casino Barrière de Toulouse à partir de 9h30. La thématique retenue cette année est « Nouvelle économie : disrupter la croissance, réinventer le progrès ». Alain Meige, CEO de Presans, et Eric Sadin, écrivain et philosophe animeront la table-ronde du matin « Digitalisation, robotisation, intelligence artificielle : quel rôle et quelles compétences pour »l’entrepreneur augmenté« de 2030 ? ». L’après-midi deux tables-rondes auront lieu : « Le big data : nouvelle révolution économique » (Morgane Barthod, Bernard Benhamou, Jean-Henri Lorenzi et Bruno Walther) et « Start-up : stop au syndrome Peter Pan » (Emmanuel Jaffelin, Isabelle Mejean et Romain Ravaud).