ToulÉco

Publié le mardi 7 novembre 2017 à 18h55min par Natacha Zimmermann

A Toulouse, le prochain salon de l’auto sera connecté à son époque

La tenue du salon de l’auto à Toulouse, du 22 au 26 novembre, sera l’occasion pour les équipementiers du secteur et les start-up de discuter de la voiture du futur, propre et connectée… Une nécessité alors que les ventes de véhicules diesel chutent, en France comme en Occitanie.

« Ce que vit le secteur automobile aujourd’hui, c’est un peu comme ce que nous avons vécu avec le portable. Il y a trente ans, on devait téléphoner depuis une cabine. Aujourd’hui, nous avons tous ordinateur dans la poche. » Une grande mutation. C’est comme cela que Jean-Louis Pech, président du CNPA en région Occitanie, décrit ce qu’il se passe actuellement dans le secteur automobile.

A première vue, le secteur se porte plutôt bien : en un an, la vente de véhicules neufs a augmenté de 3,98% au niveau national, et de 5,65% en Occitanie. Même schéma du côté des véhicules d’occasion, avec une augmentation de 2,5% en Occitanie… un score égal à la moyenne nationale.

Le diesel en chute libre

En fait, le changement se trouve plutôt du côté du type de voitures achetées. Si les véhicules à essence ont vu leurs ventes augmenter de 3,7% par rapport à 2016, le diesel n’a plus la côte : ses ventes régionales ont chuté de 4,76%. La faute aux multiples épisodes du Dieselgate, à une prise de conscience de ses effets sur la santé, mais également aux volontés politiques d’en venir à bout. Pour Michel Pardailhé, vice-président concessionnaire au CNPA Haute-Garonne, « les marques continueront à vendre leurs véhicules diesel pour le moment, car l’hybride ne répond pas à tous les problèmes ».

L’objectif du salon : proposer des solutions

« Nous sommes dans un monde en pleine mutation », poursuit Jean-Louis Pech. Le vingt-septième salon de l’auto, qui se tiendra à Toulouse du 22 au 26 novembre, aura donc pour objectif de « présenter les solutions d’aujourd’hui, d’appréhender les choix technologiques et d’y participer ».

C’est pour cela qu’un forum de réflexion sur la mobilité baptisé Get inspired verra le jour lors du salon. Les laboratoires de recherche et d’innovation des grands groupes, et des équipementiers en profiteront pour dévoiler leurs feuilles de route. Ils discuteront aussi autour de tables rondes sur l’énergie de demain. Enfin, un village de start-up proposera les solutions déjà existantes. De quoi avancer vers le véhicule de demain dans une ville « bien armée sur la mobilité du futur », selon Jean-Louis Pech.
Natacha Zimmermann

Photo : Hélène Ressayres - ToulÉco