ToulÉco

Publié le mercredi 12 juillet 2017 à 20h41min par Audrey Sommazi

Occitanie. Le groupe aéronautique WeAre construit sa première usine en Chine

En pleine croissance, le groupe aéronautique WeAre, basé à Montauban, a signé un partenariat avec l’industriel chinois Avic International pour la construction d’une usine de 40.000 m² à Zhuhai. Les travaux démarrent en septembre, la production en juin 2018.

2016-2017 : après une année de structuration, WeAre Group franchit une nouvelle étape en se déployant stratégiquement à l’international, à commencer par le marché aéronautique chinois. En juin dernier, au salon du Bourget, il a annoncé la création d’une joint-venture avec Avic International Zhuhai, spécialisé dans l’électronique qui pèse 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires.

Un début seulement pour ce jeune groupe fondé en mars 2016, dont le siège administratif est à Montauban. En effet, d’autres projets sont prévus toujours en Asie mais aussi au Canada, y compris dans les secteurs de la défense et du spatial, selon Michel Bloch, secrétaire général en charge du pilotage des projets d’acquisition.

« Notre objectif avec WeAre China est clair », avance-t-il. « Il s’agit de nous positionner sur le marché chinois près de nos clients, dont Airbus et Airbus helicopters mais aussi Avic et son positionnement stratégique sur le Comac (constructeur aéronautique chinois, NDLR) ». Cet accord tripartite ( WeAre, Avic et la ville de Zhuhai, sous préfecture de Macao), dont le montage capitalistique et l’investissement ne sont pas dévoilés, prévoit la construction d’une usine de 40.000 m² sur un terrain de 120.000 m².

Les travaux démarrent à la rentrée, en septembre, et les premières machines seront installées en janvier 2018. La fabrication des premières pièces des sous-ensembles débuteront six mois plus tard. « Pour cette usine, nous prévoyons un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros d’ici cinq ans et l’emploi de 800 à 1000 personnes », affirme Michel Bloch.

300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020

En interne, WeAre continue son effort de structuration pour se positionner en acteur global. Depuis juin, WeAre Group chapeaute l’entité WeAre Aerospace, qui va gérer tous les métiers aéronautiques en Europe et au Maghreb, et WeAre International, qui portera ses métiers en dehors de l’Europe.

Le groupe s’est formé il y a un an par l’intégration de trois entreprises : Chatal (mécanique et l’outillage de précision sur trois sites en Loire-Atlantique, Maroc et Bretagne), Espace (usinage, tôlerie et assemblage de pièces en Loire-Atlantique) et Farella (usinage à Montauban).

La société Prismadd, qui fabrique des pièces de structure en titane et inconel en 3D à Montauban, a aussi rejoint le groupe, ainsi que Bouy en juin dernier, société implantée en Vendée et au Maroc spécialisée dans l’usinage mécanique de haute précision. Comefor, concepteur et fabricant de systèmes mécaniques en usinage et fabrication additive installé dans la Loire, a été également intégré.

« Nous ne voulons pas être un réseau de PME », se défend Michel Bloch. « Nous intégrons, restructurons, spécialisons et partageons nos compétences, ainsi que l’outil de production. » Cette stratégie d’acquisitions, qui assure au groupe « la meilleure compétitivité par technologie », se poursuit car 40 millions d’euros sont alloués en 2017 dans des rachats de sociétés et des investissements industriels.

« Le groupe est multi matériaux et multi techniques car nous voulons être ultra performants sur les délais et les prix », assure Michel Bloch. Avec 1200 salariés, il devrait réaliser un chiffre d’affaires de 140 millions d’euros et prévoit de dépasser les 300 millions d’euros en 2020.
Audrey Sommazi

Sur la photo : l’usine Farella, fondée en 1964 à Montauban, s’est spécialisée en mécanique de précision et décolletage. Photo DR