ToulÉco

Publié le mardi 3 septembre 2019 à 19h00min par Audrey Sommazi

Occitanie. Continental transfère ses usines à Vitesco Technologies

article diffusé le 25 juin 2019

Les ateliers de production de Continental situés à Foix et Boussens, et une partie du site de Toulouse, rejoignent l’entreprise Vitesco Technologies, une structure juridiquement indépendante, qui sera partiellement introduite en bourse en 2020. Explications.

Un changement (quasi) inaperçu car rien ne le laisse deviner, pour l’instant. Continental demeure Continental pour les non-avertis. Pourtant, l’équipementier automobile allemand s’est lancé dans un gigantesque plan de réorganisation pour mettre le groupe au diapason des bouleversements de l’industrie automobile vers les voitures électriques et autonomes. Désormais, cette restructuration, dévoilée en juillet 2018, se concrétise et s’applique aux sites de l’industriel allemand en région Occitanie.

Les 380 salariés de l’usine de Foix ( Ariège), spécialisée dans la fabrication de calculateurs de contrôle moteur, ont rejoint en janvier dernier la société nouvellement créée Vitesco Technologies. Ainsi que les 350 collaborateurs de l’unité de capteurs installée à Boussens (Haute-Garonne). Le siège France, situé dans le quartier Basso-Cambo à Toulouse, avec ses 1000 employés, est également touché, mais en partie.
Dans le détail, les activités de développement liées aux capteurs et systèmes électroniques de contrôle moteur sont transférées. Le site de production de systèmes embarqués électroniques, les badges et le contrôle d’accès pour les véhicules et les capteurs de pression de pneumatiques restent eux dans le giron de Continental Automotive, ainsi que les activités de développement « Interior », et « Chassis & Safety »

"Le marché automobile connait des mutations depuis quelques années, avec l’électrification et la mixité énergétique", explique Stéphane Fregosi, président de Continental Powertrain, division dédiée aux contrôles moteurs et aux batteries qui rassemblait jusque-là les trois sites régionaux du groupe. "Nous devons être réactifs et efficaces pour répondre à tous les marchés de l’automobile et aux normes", poursuit le président pour justifier la création de Vitesco Technologies. Juridiquement indépendante, dotée d’une direction et d’un conseil de surveillance, elle sera introduite en bourse partiellement en 2020. Outre le moteur à combustion, cette entreprise sera aux "avant-postes des futures avancées qui interviendront dans les systèmes hybrides et électriques", ajoute la direction.

Le syndicat Solidaires vigilant

Quel est impact pour les salariés de l’industriel dans la région ? Le syndicat Solidaires assure rester " très vigilant sur ce projet qui implique de très nombreux changements à court, moyen et long terme", et indique dans un communiqué que " tous les salariés doivent trouver une place dans la nouvelle organisation, et à minima conserver des conditions de travail similaires". La direction affirme de son côté que "99 % d’entre eux ont été volontaires" pour le transfert.

"Ce changement se traduit pour l’heure par des déménagements", indique pour sa part la CGT Toulouse. "La direction veut faire plus d’argent dans l’intérêt des actionnaires", ajoute le syndicaliste, qui regrette cependant que le flou de la communication de la direction. "Elle a indiqué que Vitesco Technologies disposera de 5 milliards d’euros, mais nous ne savons pas dans quels domaines elle investira."
Audrey Sommazi

Sur les photos : en haut : un salarié de l’équipementier travaille sur la ligne d’essai et de test à Toulouse. En bas : un collaborateur travaille sur une version hybride d’une voiture développée sur le site toulousain. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco.

1 Commentaire

  • Le 26 juin à 12:56 , par joseph

    montage astucieux : il suffit de mettre dans un package tout ce qui n’est pas rentable ,le mettre dans une nouvelle structure que l’on coulera à terme en ayant , bien sur , cherché à la vendre tout de meme . Mais le jour J on deposera le bilan et ce ne sera pas continental , car là les syndicats seraient montés au creneau vu les antecedents peu glorieux de continental en France . A ce moment là vitesco technologies ne signifiera rien au public et ne se mobilisera pas pour defendre l’emploi.
    C’est ça nos dirigeants , des types inféodés aux impurs financiers eux meme dirigés par la caste d’en haut .
    Pas tres reluisant tout ça

Répondre à cet article