ToulÉco

Publié le mercredi 25 septembre 2019 à 19h00min par Sophie Arutunian

Opération séduction pour Amazon Marketplace à Toulouse

A l’heure du très puissant e-commerce, Patrick Labarre, directeur de la marketplace amazon.fr, était à Toulouse le 23 septembre pour convaincre une centaine TPE et PME de vendre leurs produits sur la plateforme du géant américain.

Escale à Toulouse pour "l’Amazon Tour" de Patrick Labarre. Le directeur de la marketplace d’Amazon était de passage à la CCI de Toulouse cette semaine dans le cadre d’un tour des grandes villes de France. Power-point à l’appui et devant 110 chefs d’entreprises locales, il a déroulé les arguments qui doivent convaincre les commerçants de vendre leurs produits sur Amazon, encouragé par le président de la CCI de Toulouse Haute-Garonne Philippe Robardey. Ce dernier a pointé « un contexte approprié pour cette rencontre au moment où le commerce physique est chahuté par les gilets jaunes depuis plusieurs mois ».

De fait, l’enjeu est grand car le e-commerce représente un mode de consommation de masse : 38,8 millions de français achètent sur internet pour 92,6 milliards dépensés en 2018 selon la fédération du e-commerce et de la vente à distance . Sur les 10.000 boutiques françaises présentes sur la marketplace amazon.fr, 80% d’entre elles exportent, selon les chiffres fournis par Amazon. A Toulouse, combien de commerces utilisent cette plateforme ? Quels sont leurs secteurs d’activité ? Quid en Occitanie ? On ne le saura pas, Amazon refusant de communiquer ces chiffres.

Les fondateurs de l’entreprise de Castelginest (31) Bravo Alfred étaient néanmoins présents pour témoigner en tant qu’utilisateurs de Amazon Marketplace, mais ils étaient interviewés par Patrick Labarre lui-même , laissant peu de place au contradictoire. Ces derniers assurent que la marketplace d’Amazon représente un tiers de leur chiffre d’affaires et qu’Amazon "privilégie la qualité à la quantité". A noter cependant qu’il n’y a aucune sélection particulière opérée par Amazon donc toute entreprise peut vendre ses produits sur sa marketplace, laissant la place au pire comme au meilleur.

Package complet mais pas gratuit

Le package proposé par Amazon aux commerçants qui souhaitent utiliser sa marketplace est complet. Il couvre tout le marketing, avec un accès alléchant aux 100 millions de visiteurs mensuels en Europe, des ventes fashs, des promos, des articles sponsorisés, etc. La marketplace prend également en charge la logistique et propose une aide au paiement de la TVA, entre autres. « Tout notre savoir-faire est au service des TPE/PME, elles ne prennent aucun risque, en tout cas beaucoup moins que si elles décidaient de créer leurs propres sites internet pour vendre », argumente Patrick Labarre. Pour Amazon, l’intérêt est triple : le géant américain peut proposer toujours plus de références. Par ailleurs, il perçoit chaque mois le prix de l’abonnement (39 euros par TPE/PME) ainsi qu’une commission d’environ 15 % sur les ventes. Enfin, il est propriétaires de toutes les datas-clients fournies via les ventes des TPE/PME.
Sophie Arutunian

Sur la photo : Patrick Labarre à Toulouse le 23 septembre 2019. Crédit photo Quentin Buttin pour Touleco.

La France en retard

Avec 10.000 TPE et PME présentes sur sa Marketplace (fonctionnalité qui permet à toute entreprise de vendre ses produits physiques sur le site d’Amazon), la France est « en retard » par rapport à d’autres pays européens, selon Patrick Labarre, directeur de la marketplace d’Amazon. « En Allemagne, c’est 60.000 entreprises pour 2,3 milliards d’euros à l’export. En France c’est seulement 10.000 entreprises pour 350 millions à l’export », regrette-il.

1 Commentaire

  • Le 27 septembre à 13:23 , par crenn

    La CCI de Haute-Garonne promeut, par son action, les GAFA (cette mise en avant a été précédée par celle de Google).
    Est-ce pour cela que les entreprises locales, payant leurs impôts en France, à la différence d’Amazon, rémunèrent la CCI ?

    Il eut été intéressant, comme souligné dans l’article, qu’ait eu lieu un échange contradictoire. La CCI eut été dans son rôle.

    La Fédération du E-Commerce en Occitanie, FEDEO, association indépendante qui fédère plus de 50 e-commerçants en Occitanie depuis 15 ans, a réalisé le 3 septembre dernier une réunion sur ce même thème avec de véritables échanges d’expérience, entre professionnels, sur les avantages et les inconvénients des markeplaces et tout particulièrement Amazon.

    Nous avions proposé à Amazon de venir y participer mais elle avait décliné cette invitation…. visiblement au bénéfice d’une communication « publicitaire » avec la CCI.

    Cette dernière ne nous a d’ailleurs pas contactés pour y participer.

    C’est bien dommage…. surtout pour les entrepreneurs.

    Jean-Paul CRENN
    Président FEDEO

Répondre à cet article