ToulÉco

Publié le mardi 8 mai 2018 à 18h00min par Audrey Sommazi

Pharm & You : Quand la pharmacie redevient un commerce de proximité

Confrontées à la concurrence des parapharmacies, les officines connaissent la crise. Le Toulousain Stéphane Robert, un ancien du groupe Lafayette, propose sa solution : le développement d’un réseau de pharmacies sous une enseigne, Pharm & You.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : une pharmacie ferme tous les deux jours en France, victime de l’augmentation du déremboursement des médicaments et de la concurrence des produits à bas prix. À tel point qu’en 2016, 175 officines ont déposé le bilan. C’est sur ce marché en pleine mutation que s’inscrit Stéphane Robert. Fort de son expérience en tant que directeur de réseau des pharmacies Lafayette, le Toulousain déploie en France son concept Pharm & You de « proximité », « aux prix justes » mais pas « anti discount », précise-t-il.

« Pharm & You dispose d’une identité visuelle et d’un modèle économique reposant sur la puissance d’un réseau sous enseigne nationale alliée à la compétence du pharmacien, explique le patron. Il se décline en quatre marques en fonction de la taille et de la zone géographique d’implantation. » Tout comme Carrefour, Pharm & You propose aux pharmacies indépendantes les marques City pour le centre-ville, Market en centre commercial, Express pour l’officine de quartier et Contact pour le milieu rural. Le lancement d’une cinquième offre dite Nature est en prévision. Lancé en 2015, le concept a déjà séduit quarante pharmacies, dont 70% d’Express, installées essentiellement dans l’ouest et le sud-ouest de la France, dont une à Muret et une à Toulouse.

Rémunération sur la vente des médicaments

« Je veux d’abord m’assoir ma légitimité au niveau national, avant la ville Rose », ajoute celui mise sur un réseau de 150 pharmacies en 2022 pour un chiffre d’affaires de 600 millions euros ( 70 millions d’euros de CA en 2016).
Le modèle économique de Pharm & You repose sur la cotisation annuelle de 4000 à 6000 euros de chaque pharmacie. « Nous n’avons pas voulu prendre de pourcentage sur le chiffre d’affaires », indique-t-il. En revanche, Stéphane Robert se rémunère sur la vente des médicaments et des produits négociés via une centrale d’achats de médicaments, auprès de quatre grossistes, dont Alliance Healthcare pour Paris et l’Île de France, et une plateforme logistique d’approvisionnement.

« On touche un pourcentage sur les ventes auprès de ces trois canaux de distribution qu’utilisent les pharmaciens en fonction des quantités commandées. »
Stéphane Robert prévoit également une autre source de revenus : des formations qualifiantes et payantes à destination des employés et des managers.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Stéphane Robert vise 150 pharmacies adhérentes en 2022. Crédits : Hélène Ressayres – ToulÉco.