ToulÉco

Publié le dimanche 19 mai 2019 à 19h33min par La Rédaction

Pour les élus et acteurs économiques d’Occitanie, l’avenir de la ligne Perpignan-Rungis n’est pas pérennisé

Suite à la réunion organisée vendredi 17 mai au ministère des Transport en présence des collectivités et acteurs locaux impliqués dans l’avenir de la ligne Saint Charles-Rungis, la présidente de Région Carole Delga estime que « qu’à cette heure, le compte n’y est pas. Quand on sait que la solution envisagée ne nous laisse que quinze jours de sursis, je ne partage pas l’optimisme du ministère. Aucune solution pérenne n’a été trouvée et le ministère renvoie dos à dos la SNCF et les transporteurs alors que sa priorité devrait être au contraire de tout faire pour faciliter un accord entre eux, d’autant que la SNCF est sous son autorité. »

Dans ce contexte, Carole Delga a décidé de réunir le 17 juin prochain à Perpignan un comité de pilotage, en présence des acteurs concernés, l’État y est également convié, afin de travailler ensemble à garantir une solution pérenne et viable et maintenir le train de primeurs Perpignan-Rungis. Dans le même temps, la CCI des Pyrénées-Orientales a décidé d’alerter les pouvoirs publics et publié une motion de soutien au maintien du train Perpignan-Rungis.

« Quelle que soit la solution à mettre en œuvre, train réfrigéré conventionnel ou transport combiné, quels qu’en soient les acteurs, publics et privés, il n’en demeure pas moins capital de poursuivre et renforcer dans des conditions et des horaires adaptés au transport des fruits et légumes », affirme Bernard Fourcade, président de la CCI de Pyrénées-Orientales qui dit redouter également « les conséquences économiques et environnementales d’une telle rupture ».