ToulÉco

Publié le jeudi 14 juin 2018 à 15h44min par Marie Deshayes

Safran Helicopter Engines : des moteurs, des hommes et des femmes

Chez Safran Helicopter Engines (ex Turbomeca), à Bordes, une petite révolution est en marche. Une ligne de production automatisée a été inaugurée fin 2016, en présence du président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. C’est de cette nouvelle ligne que sortent les pales des turbines, des pièces soumises à des écarts de températures et contraintes importantes, et donc complexes à réaliser. Tout commence à partir de bruts de fonderie, achetés à un fournisseur.

Différentes opérations de transformation (usinage, revêtement, polissage, contrôle tridimensionnel, ébavurage, gravage et traitement thermique) permettent d’aboutir à une pièce finie prête à être assemblée sur lereste du moteur, dans l’usine. L’intervention de plusieurs robots et cellules automatisées permet de réduire le temps de fabrication par deux, selon le fabricant de moteurs d’hélicoptères. L’investissement se chiffre en « millions d’euros ».

Un marché en crise

Douze techniciens autonomes ont été formés grâce à un partenariat de formation avec la Région Nouvelle-Aquitaine. Une évolution que suit la CGT : « La création de cette ligne à Bordes est plutôt une bonne nouvelle. Mais l’opération vise une optimisation de l’outil industriel et le nombre d’opérateurs nécessaire pour faire tourner cette ligne est bien moins important qu’auparavant », nuance cependant Jérôme Turonnet, délégué syndical. Un moteur d’hélicoptère sur trois vendu dans le monde est le fait de Safran Helicopter Engines, qui en a fabriqué et livré 718 en 2015. Un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes : la société, au même titre que les autres acteurs de la filière hélicoptère, est pleinement touchée par une crise sur ce marché.

« Malgré cela, nous avons réussi à conserver une part de marché stable, d’environ 30%, et notre position de leader dans le domaine de la motorisation pour hélicoptère. Nous restons également confiants dans ce marché à moyen terme, même si une reprise n’est pas attendue avant 2018. Nous espérons revenir à un niveau de livraisons de 1000 moteurs à l’horizon 2020 », précise Safran Helicopter Engines, qui a atteint un chiffre d’affaires de 1,28 milliard d’euros en 2015. Le groupe envisage d’inaugurer d’autres « lignes du futur » d’ici 2020 à Bordes et à Tarnos, dans les Landes.
Marie Deshayes

Sur la photo : D’ici 2020 Safran Helicopter Engines espère livrer 1000 moteurs. Crédits : Philippe Stroppa et Benoit Vallet - Safran

2 Commentaires

Répondre à cet article