ToulÉco

Publié le jeudi 5 janvier 2017 à 17h48min

Secteur Tic. La banque Morning redémarre

En partenariat avec :

La néobanque Morning voyait ses activités bloquées depuis début décembre 2016 et était menacée de disparaître du jour au lendemain. Elle a récupéré son agrément bancaire en toute fin d’année et va débuter l’année 2017 plus sereinement.

« Les interdictions faites à la SAS Morning de fournir des services de paiement de de débiter le compte de cantonnement sont levées. » L’entreprise Morning aura dû attendre le 29 décembre 2016 pour que l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) publie cette décision. Elle permet à la banque de retrouver une activité normale, après un mois particulièrement mouvementé (voir les articles de MID e-news des 12 et 19 décembre 2016). Bien sûr, c’est également un soulagement pour les quarante-neuf salariés de l’entreprise, qui ont ardemment soutenu leur patron, Eric Charpentier, comme l’illustre cette photo où on le voit porté par son équipe.

Morning a également été soutenu par le Conseil Régional d’Occitanie, par l’écosystème toulousain du numérique et par les habitants de Saint-Elix-le-Château, où Morning a installé son campus au printemps 2016.

Pour rappel, Morning ne pouvait plus exercer d’activités bancaires depuis que l’ACPR, considéré comme le « gendarme des banques » avait rendu publiques les mesures conservatoires prises à l’encontre de Morning dès le 1er décembre 2016. Morning a été auditionné par l’APCR le 20 décembre pour décider de l’avenir de la jeune banque. Pourquoi ?

Le rôle déterminant de la Maif

Concrètement, jusqu’au 16 décembre, Morning et son principal actionnaire, la Maif (près de 40% du capital) ont échangé leurs arguments par voie de presse. Morning reprochait à son actionnaire de le contraindre à faire entrer au capital une grande banque traditionnelle. La Maif estimait pour sa part que Morning connaissait cette condition dès son arrivée dans le capital de l’entreprise, en 2015.

Alors que les positions des uns et des autres semblaient difficilement conciliables, un accord a été trouvé le vendredi 16 décembre. Il aura fallu pour cela plusieurs heures de discussion au cour de deux réunions (la première à la préfecture de Haute-Garonne, la seconde étant une assemblée générale extraordinaire). À cette occasion, les propositions de trois investisseurs potentiels ont été examinées.

À la suite de l’audition de Morning le 20 décembre, l’ACPR a constaté dans son communiqué que « la somme de 500.000 euros qui avait été prélevée sur le compte de cantonnement en septembre 2016 a été reversée le 22 décembre 2016 et qu’en outre des sommes de 538.494 euros et 21.416 euros destinées à combler l’insuffisance de cantonnement supplémentaire identifiée par le commissaire aux comptes ont été versées sur ce compte les 23 et 27 décembre ; qu’enfin un virement de 6220 euros a été crédité sur le compte le 28 décembre 2016 » et que, en résumé, « le montant des sommes déposées sur le compte de cantonnement est suffisant pour couvrir les fonds reçus de la clientèle est suffisant pour couvrir les fonds reçus de la clientèle à la date de la présente décision » (ndlr : 29 décembre 2016).
La banque Morning est donc toujours bel et bien là !
Pascal Boiron, MID e-news

Sur la photo : Eric Charpentier, fondateur de Morning. Photo Morning - DR.