ToulÉco

Publié le mercredi 29 août 2018 à 18h30min par Sylvie Brouillet

Sens Digital mise sur les Ruches connectées

Article diffusé le 4 juillet 2018

Inventeur et intégrateur de solutions numériques, Sens Digital est un jeune champion montpelliérain labellisé Pass French Tech. Pour accompagner sa croissance, la start-up de trente-deux salariés doit lever des fonds, embaucher une vingtaine de personnes et envisage des travaux (...)

La dernière idée de Jean-Thierry Winstel ne manque pas de panache : adapter les cartes de jeux « Défis Nature » créées par son entreprise Bioviva pour faire découvrir la nature et les animaux aux 4-12 ans et en offrir un million d’exemplaires à des enfants réfugiés du monde entier. « Un geste simple pour leur permettre de jouer, apprendre, partager, et rendre leur quotidien plus acceptable. Ce projet, qui a vraiment du sens, demande une pugnacité et une intelligence collective redoutable. Et si cela peut aider à nous faire connaître, tant mieux ! », estime le patron montpelliérain. Des soucis de douane ont retardé les premières distributions avant les fêtes. Qu’importe ! Les vingt salariés restent mobilisés.

« C’est très stimulant. Je travaille avec Ghais-Victor Adifi, qui est syrien. Il a traduit nos jeux en arabe, principale langue lue dans les camps, identifié les ONG sur place et instauré avec elles une relation de confiance  », affirme Elise Courtois-Brieux, chef du projet Bioviva for life ! hébergé par l’association Face Hérault. Les chiffres sont encourageants : 50.000 jeux déjà produits en France et plus de 23.000 euros récoltés sur la plateforme de dons Helloasso. L’ONG turque Anne Meclisi va bientôt distribuer 24.000 jeux. Et d’autres ONG au Liban, en Irak, Syrie et Jordanie se sont aussi engagées à le suivre.

Tous les jeux fabriqués en France

Relever des défis ? une seconde nature pour Bioviva. Depuis sa naissance en 1996, la PME tient à son ancrage montpelliérain. « Pour faire du business, il faudrait être à Paris ? Non », persiste Jean-Thierry Winstel. Bioviva s’est imposée dans un secteur ultra concurrentiel sur le créneau du développement durable. « Utiliser le jeu comme outil d’éducation et de sensibilisation à la préservation de la nature, c’est une aventure », poursuit le quadra. Et continue à fabriquer tous ses jeux en France à Saint-Paul-Trois Châteaux (à 100 km de Montpellier) chez son partenaire l’imprimeur Graphot, selon une démarche respectueuse de l’environnement (éco-conception, bois labellisés FSC issus de forêts locales, sans sur-emballage, ni pile, ni plastique…).

Résultat : la société a vendu au total plus de 4,5 millions de jeux et a réalisé 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. Et les récompenses tombent tel le récent prix « Marco Polo  » décerné par l’association Initiatives des Conseillers du Commerce Extérieur (CCE) de la Région Occitanie à des entreprises particulièrement dynamiques à l’export ou le trophée de la « Meilleure initiative éco-responsable » pour la première gamme de jeux de société Disneynature de Bioviva. Alors, faites vos jeux !
Sylvie Brouillet

Sur la photo : Mamadou Diaf, directeur de Sens Digital, start-up labellisée French Tech.