ToulÉco

Publié le dimanche 14 avril 2019 à 18h48min par Audrey Sommazi

Spatial. Dix entreprises toulousaines font chasse commune pour gagner de nouveaux marchés

Dix PME toulousaines du spatial s’allient pour présenter leur savoir-faire technologique et industriel sur le site web Newspace Factory. Objectif : convaincre les constructeurs internationaux.

Unir les forces et le faire savoir au-delà des frontières de l’Hexagone. Tel est l’enjeu du collectif Newspace factory formé par des PME et de ETI inscrites sur le marché des small satellites. A l’initiative du pôle de compétitivité Aerospace Valley, dix entreprises toulousaines se sont donc regroupées pour présenter leurs produits industriels et leurs services sur un site internet commun, baptisé newspace-factory.com.

« Il s’agit d’une market place, comme Amazon », explique Grégory Pradels, responsable du Newspace factory au pôle Aerospace Valley. On y trouve en langue anglaise les caractéristiques techniques des produits et les délais de livraison des équipements, par exemple. Le site est amené à évoluer, « à monter en puissance ». « Nous réfléchissons à la possibilité de faire des achats en ligne et de réaliser des études techniques », ajoute Grégory Pradels.

500 emplois et 300 millions d’euros de CA

Les membres de ce collectif sont Anywaves, Callisto, Comat, CS, Eca group, Erems, Mecano ID, Nexeya, Syntony et Trad. Ils emploient en tout plus de 500 personnes pour un chiffre d’affaires global de 300 millions d’euros, et ont déjà réalisé 200 missions spatiales, couvrant toute la chaîne de production, depuis les stations au sol aux satellites. Avec cette « force de frappe », ils visent les constructeurs de satellites américains et asiatiques.
En parallèle, la Newspace factory encourage le collectif à participer à des salons internationaux. « En 2018, nous avons accompagné sur un stand commun des PME au salon de Washington », se souvient Gregory Pradels. « Elles ont réussi à susciter un vrai intérêt donneurs d’ordres importants. Des contrats sont en cours de finalisation ».

Et depuis ce rendez-vous, des donneurs d’ordre ont fait le déplacement à Toulouse pour rencontrer l’écosystème local. Comme le fournisseur allemand OHB-System. Ou encore le norvégien Kissat et l’industriel Chinois DFH. « Des discussions sont en cours avec ce dernier », conclut Grégory Pradels.
Audrey Sommazi

Sur la photo : Les PME et ETI de la Newspace factory. Crédits : DR.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.