ToulÉco

Publié le mercredi 28 novembre 2018 à 18h03min par Béatrice Girard

Stéphane Aubay : « La dynamique économique reste bonne pour l’immobilier à Toulouse »

Stéphane Aubay, le président de Green City, vient d’être élu à la présidence de la FPI Occitanie Toulouse Métropole pour trois ans. En succédant à Patrick Saint-Agne il devient chef de file des promoteurs immobiliers toulousains .

Pourquoi avez-vous eu envie de vous présenter à la tête de la FPI ?
J’étais déjà investi à la FPI depuis une dizaine d’années et j’étais d’ailleurs vice-président sous le précédent mandat de Patrick Saint-Agne. Me présenter, c’était donc un peu la suite logique. J’ai eu envie de m’impliquer encore d’avantage, j’ai décidé d’être très actif en faisant le choix de m’entourer d’un bureau de quatre vice-présidents. Car comme dans une entreprise, on est toujours meilleur à plusieurs que tout seul. Ce bureau est constitué de Jean Pène (Immodeus) qui est trésorier, Laétitia Vidal (Procivis) reste en charge de la communication, Pierre Aoun (LP Promotion) s’occupera du logement social et Christian Noailhac (CA immobilier) va gérer les relations avec les associations professionnelles.

La FPI rassemble trente-sept adhérents. Avec ce nouveau bureau, quels sont vos projets à la tête de cette fédération ?
Je souhaite d’une part relancer les travaux et le partenariat existant entre la FPI et l’école spéciale d’architecture de Toulouse ; car il est important que les architectes de demain rencontrent les promoteurs. Ils travaillent sur un sujet de mobilité majeur appelé « utopie ferrophérique » et réfléchissent à comment connecter tous les transports (rails, métro, tram) au périphérique dans l’agglomération toulousaine. Ils nous présenteront leurs travaux en juin prochain. Je veux ensuite relancer le salon de l’immobilier neuf, à l’occasion duquel je promets quelques innovations du 15 au 17 février 2019, car la précédente édition a connu une baisse de fréquentation. Enfin, nous allons créer une association d’union régionale de la FPI avec les promoteurs de Montpellier. Il n’y aura pas de « super président », mais un interlocuteur unique pour évoquer les questions de logement avec la Dreal et la Région.

Vous avez décidé en revanche de ne pas présider l’Observer de l’immobilier toulousain qui scrute les ventes de la profession contrairement à votre prédécesseur. Pourquoi ce choix ?
Scinder ces deux directions me semble complètement compatible. C’est Jean-Philippe Jarno, le directeur général d’Urbis qui se présentera à ces responsabilités début décembre. Mon choix en revanche, est de faire revenir l’Union sociale de l’habitat, qui représente les bailleurs sociaux, au sein de l’Observer. Ils seront amenés à produire 2400 logements par an dont 50 % en VEFA selon les recommandations du futur PLUIH, or jusqu’à présent, ils n’étaient pas comptabilisés dans nos chiffres et c’est un biais. C’est aussi pour cette raison que Pierre Aoun en tant que vice–président se consacrera pleinement au sujet du logement social.

Les derniers chiffres de ventes de logements neufs font par ailleurs état de fortes baisses ce 3e trimestre à Toulouse. Est-ce inquiétant ?
La baisse enregistrée sur l’aire urbaine sur un an est de 13%. Alors certes, c’est une baisse, mais après l’année 2017 exceptionnelle que nous avons connue, il faut plutôt parler d’un atterrissage. Personnellement, je ne suis pas inquiet car la dynamique économique reste bonne à Toulouse. Et puis 2018 était une période de modification du PLU avant l’entrée en vigueur très prochaine du PLUIH. Ceci explique la baisse du nombre de permis déposés et la répercussion sur les mises en vente.
Propos recueillis par Béatrice Girard

Légende : Stéphane Aubay remplace Patrick Saint Agne à la présidence de la FPI Occitanie Toulouse Métropole qui regroupe trente-sept promoteurs adhérents. Crédits : DR

P.S. :

Tous les jeudis, retrouvez l’actualité de l’Immobilier toulousain sur touleco.fr.