ToulÉco

Publié le lundi 5 octobre 2015 à 23h01min par Rédaction Futurapolis

Temps fort. Le start-up launcher camp

Réunir cinquante étudiants de trois écoles différentes et sélectionner les meilleurs projets qui sortiront de ces deux jours de Futurapolis. C’est le but du Start-up launcher camp. Avec à la clé peut-être, l’émergence d’une start-up appelée à prospérer.

A vos marques, prêts ? Innover ! Pendant les deux jours de Futurapolis, l’un des temps forts s’appelle le start-up launcher camp. Réunis au Quai des savoirs de Toulouse, une cinquantaine d’étudiants issus de trois grandes écoles : Toulouse Business School, l’École Polytechnique de Paris Saclay et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse, vont plancher autour d’une thématique dévoilée le jour J. A l’issue de ce temps fort, trois prix seront remis aux projets les plus créatifs après les délibérations du jury.

Si le thème de ce start-up launcher camp reste confidentiel jusqu’à jour J, le déroulé, lui, est déjà connu. Après la constitution des équipes et la soirée de rencontre des différents participants le jeudi soir, les étudiants commenceront à « brainstormer » sur le thème défini. Les premières séances de coaching débuteront également le vendredi. Enfin, le samedi, des séances de coaching compléteront le parcours des porteurs de projets, jusqu’aux répétitions, puis aux fameuses épreuves de pitch devant le jury.

Organisé par Le Point, Futurapolis est organisé les 27 et 28 décembre à Toulouse, au Quai des savoirs. Pour réaliser ce start-up laucher camp, les organisateurs ont passé un partenariat avec l’IOT Valley, un concentré d’entreprises innovantes spécialisé dans l’Internet des Objets et implanté à Labège, dans la communauté du Sicoval dans le Sud-Est toulousain. L’IOT Valley compte aujourd’hui 35 entreprises membres et plus de 300 collaborateurs.

Retrouvez toutes les informations sur Futurapolis les 27 et 28 novembre sur : http://www.futurapolis.fr