ToulÉco

Publié le jeudi 7 novembre 2019 à 20h00min par Sophie Arutunian

Terre de Pastel concrétise plusieurs projets d’envergure près de Toulouse

Le groupe Terre de Pastel annonce le déménagement de son musée, l’ouverture de boutiques en centre-ville et l’installation d’un spa près du nouveau parc des expositions de Toulouse.

Terre de Pastel est avant tout un immense spa dédié au calme et à la volupté, situé à Labège… en pleine zone industrielle. Un pari risqué, qui finalement porte ses fruits. Depuis son installation il y a six ans, le groupe qui dédie plusieurs activités au pastel (la culture , la mode, la décoration, le bien-être), enregistre une croissance régulière. Son chiffre d’affaires atteint aujourd’hui les 1,4 million d’euros pour trente-cinq salariés. Plus des deux tiers de ce volume sont portés par le spa et la cosmétique.
Lundi 4 novembre, les cofondateurs du groupe, Jean-Jacques Germain et Sandrine Banessy, ont annoncé des avancées dans plusieurs projets qui avaient déjà été annoncés en 2018.

Nouveau musée

Parmi eux, la signature avec le Sicoval d’un commodat (location temporairement de terres) d’une durée de dix ans. Cet accord portera à douze hectares la surface de pastel cultivée par l’enseigne, ce qui représente la plus grande exploitation de pastel aux portes de Toulouse. Une sorte de « champ en milieu urbain, entre des bâtiments de prestige dédiés à l’industrie et à l’innovation » se félicite le président du Sicoval Jacques Oberti.

Au même endroit, près du champ, la construction de nouveaux bâtiments de 3000 m² permettra, fin 2020, l’accueil du nouveau musée du pastel, ainsi que de plusieurs ateliers (teinture, impression, création), accessibles au public via des visites. « Nous sommes un peu sur le modèle de ce que fait Caudalie », explique Jean-Jacques Germain qui envisage d’implanter également un hôtel 5 étoiles d’une cinquantaine de chambres, « avec des visites de site comme chez Airbus », complète Sandrine Banessy. Ces travaux, hors construction de l’hôtel, représentent un investissement de 3 millions d’euros, financés sur fonds propres par Jean-Jacques Germain. L’espace libéré par le musée permettra d’agrandir le spa existant au siège de Terre de Pastel.

Un spa au parc des expositions

Dans le cadre d’un partenariat avec Vinci, le groupe devrait également ouvrir d’ici début 2022 un autre spa au nord de Toulouse, à proximité du Meett, le nouveau parc des expositions. Un maillage territorial qui s’accompagne de l’ouverture de deux espaces en centre-ville, rue Rémusat (un « boudoir » pour des soins de beauté) et rue Saint-Ursule (une boutique immersive autour des métiers d’art du pastel). « Nous sommes convaincus que la fin des grands centres commerciaux approche et nous misons sur le retour aux petites boutiques de centre-ville. On y vient pour partager une expérience, découvrir une entreprise, un univers », assure Jean-Jacques Germain.
Actuellement Terre de Pastel développe également sa marque de produits éco-responsables Bleu par Nature, dont l’objectif est de conquérir le marché international.

À noter qu’en Occitanie, quatre entreprises commercialisent des cosmétiques à base de pastel, l’une des plus connue des Toulousains étant Graine de pastel, qui fut associé à Terre de Pastel au début du projet, avant que le partenariat ne périclite. « La particularité de Terre de pastel est que nous travaillons directement la feuille de pastel, là où les autres travaillent avec de l’huile de pastel », indique Sandrine Banessy. « Aussi, nous accordons davantage d’importance aux vertus médicinales du pastel, et pas seulement aux vertus relaxantes ».
Sophie Arutunian

Sur la photo : Jean-Jacques Germain et Sandrine Banessy. Crédits : DR