ToulÉco

Publié le jeudi 27 septembre 2018 à 19h04min par Béatrice Girard

Toulouse Aerospace : coup d’envoi des travaux de la place centrale, estimés à 100 millions d’euros

800 logements, un hôtel, un cinéma, des boutiques et des bureaux. C’est le visage attendu de la place centrale à Toulouse Aérospace. Le coup d’envoi des travaux de ce « morceau de ville » a été donné ce jeudi 27 septembre.

Après le B612, la grande halle des machines et l’espace mémoire de l’Aéropostale, c’est au tour de la future place centrale de sortir de terre. Elle est annoncée comme le cœur du futur quartier Toulouse Aérospace. Retour en arrière. En 2015 la société d’aménagement de Toulouse Métropole Oppidea a vendu 70.000 m² de droits à construire au promoteur Altaréa Cogedim afin qu’il aménage cet espace mixte directement connecté à l’ancienne piste, avec des logements de typologies variées, des commerces, un supermarché, des restaurants, un cinéma…

Objectif ? Faire émerger une vie de quartier dans cette ancienne friche. « Nous avons l’habitude de ce genre de projets » , assure Alain Taravella, le PDG de Cogedim, présent à Toulouse pour l’occasion. « Nous en menons une dizaine en France actuellement, mais celui-ci est un très gros chantier, un morceau de ville. Le coût des travaux s’élève à 100 millions d’euros », confie le promoteur. En effet ce n’est pas une, mais plusieurs pierres qui viennent d’être posées, avec quatre résidences en cours de travaux. « Pour qu’un quartier soit vivant, il faut que tout fonctionne en même temps, c’est pourquoi nous avons fait le choix d’un lancement global du chantier », justifie Flavien Kukwisz, chef de projet auprès de David Mangin, l’urbaniste de Toulouse Aerospace.

70 % des 800 logements déjà vendus

Au programme notamment, la fameuse tour de 50 mètres de hauteur, dessinée par David Mangin, en bordure de la place. Elle comprendra à terme soixante-dix sept logements libres du T2 au T5 et vingt-trois studios étudiants vendus par le groupe des Chalets. L’endroit comprendra également un îlot de trois bâtiments dessiné par l’architecte Jean-Paul Viguier, avec 144 logements dotés de toits et terrasses suspendus.

Côté commercialisation les acheteurs sont au rendez-vous, selon le promoteur. « 70 % des lots sont déjà vendus, c’est au-delà de nos espérances », indique Benoit Michaud, le directeur régional d’Altaréa Cogedim Midi-Pyrénées. À terme le quartier sera desservi par la future troisième ligne de métro et la place centrale comptera 12.000 m² de commerces répartis dans une vingtaine de cellules. Mais aussi 15.000 m² de bureaux, un parking silo, un hôtel d’une centaine de chambres et un cinéma de sept salles exploité par UGC.
Béatrice Girard

Sur la photo : l’intégralité de la place centrale sera livrée fin 2021. Crédits : DR

1 Commentaire

  • Le 28 septembre à 15:52 , par Robert Denmoor

    Le sud-est toulousain est, avec le nord-ouest, l’un des points de Toulouse le plus saturé en circulation routière, faisant perdre aux habitants et entreprises des précieuses heures. Or le sud-est se développe beaucoup en habitations et en emplois, mais sans aucun investissement routier depuis de nombreuses années. La situation ne peut qu’empirer, et cela va peser sur le développement et l’économie du secteur. Le métro TAE l’améliorera certes en partie, mais la circulation routière augmentera tout de même car elle répond à des besoins auxquels ne peuvent répondre les transports en commun (multiples déplacements journaliers, destinations mal desservies ou nécessitant trop de ruptures de charge …).
    Quand ce problème sera-t-il pris à bras-le-corps ?

Répondre à cet article