ToulÉco

Publié le mercredi 29 mars 2017 à 23h00min par Philippe Font

Pourquoi Toulouse Business School va ouvrir son capital cette année

L’école de commerce toulousaine a dévoilé son plan stratégique à l’horizon 2020. L’établissement devrait ouvrir son capital en 2017 et accentuer son recrutement d’enseignants-chercheurs et d’étudiants à l’étranger.

La Toulouse Business School veut continuer à exister dans la cour des grands. Classée dans le Top 40 des grandes écoles européennes par le Financial Times, la Toulouse Business School (TBS) est passée depuis le 23 décembre 2016 sous statut EESC (Etablissement d’enseignement supérieur consulaire). Ce nouveau statut lui permet de lever des fonds et d’ouvrir son capital à des investisseurs externes à la Chambre de commerce et d’industrie de Toulouse unique actionnaire de la TBS.

« L’ouverture du capital devrait intervenir en 2017, la CCI restera néanmoins actionnaire majoritaire et l’ensemble des autres actionnaires ne devrait pas dépasser 49% du capital », explique François Bonvalet, directeur général de TBS, qui précise également être en contact avec trois entreprises toulousaines intéressées pour entrer au capital. Cette évolution de stratégie a pour objectif de valoriser davantage la « marque » TBS : avec un chiffre d’affaires de 46 millions d’euros en 2014, la Toulouse Business School souhaite atteindre 48 millions d’euros en 2017 et 55 millions en 2020.

Un nouveau site à l’étude à Toulouse

Une montée en puissance qui s’accompagne d’un recrutement de professeurs et de chercheurs de renommée internationale qui permettent d’attirer davantage d’élèves, notamment de l’étranger. « D’ici 2020 nous souhaitons arriver à 40% d’enseignants étrangers et à 25% d’étudiants issus d’autres pays que la France », ajoute François Bonvalet. D’ici 2020, TBS devrait accueillir 105 enseignants et 5500 étudiants. Déjà installé à Barcelone, Paris, Casablanca et Londres, la TBS a ouvert des salles de cours au cœur de la City il y a quelques semaines, l’école toulousaine souhaite confirmer l’ancrage sur ses sites et envisage même d’en ouvrir un cinquième d’ici trois ans. « On s’intéresse beaucoup au Moyen-Orient en raison des liens avec l’aéronautique », glisse François Bonvalet.

Enfin le volet immobilier demeure également une question cruciale dans le développement de TBS sur ses différents sites, notamment à Toulouse : à l’étroit dans ses locaux actuels du quartier Compans Caffarelli, la direction actuelle songe à construire de nouveaux bâtiments à Entiore sur la commune de Quint-Fonsegrives ou encore intégrer le projet du CEAT près de Jolimont. Les sites de Barcelone, Paris et Londres devraient également connaître des extensions dans les mois à venir.
Philippe Font

Sur la photo : François Bonvalet, directeur général de Toulouse Business School et le président de la CCI Occitanie. La CCI de Toulouse reste le premier actionnaire de l’école. Photos Hélène Ressayres - ToulÉco