ToulÉco

Publié le lundi 20 novembre 2017 à 21h40min par Philippe Font

Toulouse. Inquiétudes et remous sur le site Coca Cola de Castanet

Entre quatre et dix-neuf postes, selon la direction ou l’intersyndicale, vont être supprimés au sein de l’usine d’embouteillage de la banlieue toulousaine. Alors que la filiale Europe de Coca Cola fait face à une baisse de vente de ses sodas, les salariés remettent en cause la stratégie commerciale de (...)

Lundi 20 novembre, l’usine Coca Cola de Castanet Tolosan,était en grève. A l’appel de l’intersyndicale, 40 des 110 salariés de l’usine d’embouteillage ont cessé le travail et manifesté devant les grilles afin de protester contre le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) que la direction de Coca Cola Europe Partners (CCEP) a annoncé il y a un mois. 128 postes, sur 2100 salariés, seraient supprimés sur les cinq sites en France, dont quatre à Castanet.

« La direction communique sur la fourchette basse, mais si on envisage la fourchette haute en réalité ce sont 252 postes, dont dix-neuf à Castanet, qui sont menacés », explique Stéphane Éthène délégué syndical CFDT. Pour la direction nationale du groupe basée à Issy-les-Moulineaux, le PSE a été rendu nécessaire par la baisse depuis 2013 de 4% la vente des produits estampillés Coca Cola.

Un problème de stratégie commerciale ?

« Aujourd’hui les clients se portent davantage vers les boissons à base de fruits ou à base de thés », explique un porte-parole de la société qui affirme vouloir favoriser le reclassement en interne, les départs volontaires et les départs à la retraite pour limiter l’impact social de son plan de réorganisation. CCEP s’est trouvé à plusieurs reprises en surproduction de boissons gazeuzes notamment sur le site de Castanet.

Si l’outil de production doit être modifié pour s’adapter aux attentes des consommateurs, il nécessitera plusieurs millions d’euros d’investissements dans les prochaines années de la part de CCEP qui affiche un chiffre d’affaires de 2,2 milliards d’euros (la société refuse de communiquer le montant de son résultat net). La célèbre marque avait pourtant investi 20 millions d’euros en 2009 dans une nouvelle ligne de production à Castanet.

« Il y a un problème stratégique de CCEP depuis 2014 avec notamment une baisse des effectifs chez les commerciaux. La marque est moins présente, il faut retrouver des clients et reconquérir des marchés et des territoires d’où nous sommes absents », ajoute encore Stéphane Éthène. Une reconquête qui passe selon la direction de CCPE par un déploiement sur le digital et de nouvelles forces commerciales. Alors que les syndicats espèrent obtenir une revalorisation des différentes mesures du PSE, ce dernier devrait être appliqué à partir de mars 2018.
Philippe Font

Sur la photo : La filiale de Coca Cola en Europe doit faire face à une baisse de ses ventes de 4%. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco

2 Commentaires

Répondre à cet article