ToulÉco

Publié le mardi 29 octobre 2019 à 19h30min par Isabelle Meijers

Toulouse. L’école d’économie emménage dans son bâtiment inspiré du Cloître des Jacobins

Classée parmi les premiers centres de recherche en économie dans le monde, TSE, Toulouse school of economics, se dote d’un outil de travail flambant neuf. Son nouveau bâtiment consacré à la recherche accueille les premières équipes.

L’École d’économie de Toulouse TSE, 17e au dernier classement de Shanghaï [1], emménage dès la première semaine de novembre dans un nouveau bâtiment emblématique, entièrement dédié à la recherche. « Quand on prétend être en compétition avec les dix meilleurs centres de recherche en économie au monde, il faut des conditions de travail et de qualité d’accueil alignées sur cette concurrence », explique Joël Echevarria, directeur général des services de TSE qui compte 2500 étudiants. Cet enjeu de modernité et de représentativité se cumule au besoin d’espace des équipes de recherche, passées en dix ans de 70 à 150 chercheurs. Le bâtiment abritera environ 350 personnes, les équipes de recherche, les doctorants, les enseignants-chercheurs et l’administration. Les cours de licences et masters resteront dispensés dans l’ancienne structure de la Manufacture des Tabacs ou à l’Arsenal (locaux d’UT1 Capitole).

Briques anciennes à la manière du Cloître des Jacobins

Confié au cabinet d’architecture irlandais Grafton Architects, le bâtiment, de 11.000 m2 au total sur huit étages utiles, dont six hors sol, compte quatre amphithéâtres de 80 à 100 places pour des séminaires de recherche, une cafétéria et des espaces de coworking. Il est structuré en trois parties : une nef centrale et deux ailes évoquant un papillon. Le bâtiment s’inspire pour sa façade doublée en briques anciennes du Cloître des Jacobins. « Les deux galeries en suspension entre le cinquième et sixième étage, nommées « sky cloister » ou cloître du ciel, imitent le palmier des jacobins (voûte en étoile, NDLR) », commente Joël Echevarria.

Aucune climatisation n’est prévue mais un système de circulation d’eau à partir du Canal du Midi permet le rafraîchissement. Ce signe architectural fort, en hommage à l’histoire toulousaine, a nécessité un investissement de 50 millions d’euros, dont 18 millions d’euros en provenance de l’Université, 20 millions d’euros de la Région, du Département, de Toulouse Métropole et de la Fondation TSE ensemble, 8 millions d’euros de l’Etat et 4 millions d’euros de l’Europe.

Un retard de trois ans

Le chantier démarré en 2011 a connu nombre d’embûches, accusant un retard de presque trois années. « La découverte d’une villa wisigothique datée de Theodoric Premier a stoppé les travaux pendant un an, le temps d’effectuer les fouilles. Ensuite, une erreur de calcul sur les structures a nécessité un an d’interruption puis encore une année de consolidation avant de reprendre », détaille Joël Echevarria. L’inauguration du bâtiment aura lieu officiellement courant décembre en présence de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.
Isabelle Meijers

Sur les photos : Le nouveau bâtiment de l’Ecole d’économie de Toulouse est rafraîchi par circulation de l’eau du canal du Midi dans des canalisations. Crédit : TSE - DR.

Notes

[1Classement académique de référence des meilleures universités mondiales