ToulÉco

Publié le jeudi 23 août 2018 à 19h00min par Martin Venzal

Toulouse. Le chateau des Confluences en quête d’utopie créatrice

Article diffusé le 21 juin 2018

La mairie de Pinsaguel veut relancer l’activité de son château historique. Elle lance un appel à manifestation d’intérêt pour y créer de nouvelles dynamiques, à condition que les projets soient viables économiquement.

A douze kilomètres du Capitole, l’ancien château Bertier, rebaptisé château des Confluences, sur la commune de Pinsaguel, près de Toulouse, est un lieu à prendre. Cette ancienne place forte médiévale, qui conserve encore les secrets de ses oubliettes et de ses passages secrets, a connu une histoire mouvementée. Et après avoir appartenu à de grandes familles de Capitouls, puis avoir participé à l’économie de la ville après la guerre (lire encadré), le site a été récupéré en 2012 par la mairie qui souhaite en faire un nouvel espace ancré dans l’économie sociale et solidaire.

« C’est un lieu qui a vocation à être la porte d’entrée d’une réserve naturelle régionale en zone péri-urbaine, ce qui est assez exceptionnel », présente le maire de Pinsaguel, Jean-Louis Coll. « Pour le futur, nous souhaitons qu’il conserve une dimension inter-culturelle. »

Car le château des Confluences porte bien son nom. Physiquement situé à la confluence de la Garonne et de l’Ariège (sa réserve naturelle abrite plus de 600 espèces animales), la municipalité souhaite en faire un lieu de tous les croisements : social, culturel, environnemental et économique. Elle vient pour cela de lancer un appel à manifestation d’intérêt. Objectif : inviter les acteurs privés, entreprises, investisseurs, artistes, etc., à venir proposer des projets qui permettront une nouvelle valorisation du site dans tous ses aspects.

Des résidences d’artistes… et de chercheurs ?

« Nous recherchons un projet dont le rayonnement dépassera celui de Pinsaguel, dans une vocation de développement métropolitain », poursuit Jean-Louis Coll. « Les lieux de création de lien social en zone périurbaine sont assez rares. Nous voulons jouer gagnant - gagnant, et nous voulons être surpris… Pourquoi pas des résidences d’artistes et de chercheurs pour des fertilisations croisées ? »

Le site a déjà fait l’objet d’un soutien financier de la part des collectivités locales et de l’État pour une grande partie de sa rénovation, pour un montant total de plus de 1,5 million d’euros. Lancé le 4 juin dernier, l’appel à manifestation recevra les projets jusqu’au 10 septembre prochain. Les plus pertinents seront présélectionnés jusqu’à ce qu’un choix définitif sera officialisé au printemps 2019. De quoi faire entrer le château des Confluences dans un nouveau millénaire.
M.V.

Des pommes aux roulements à bille

Des années 50 à la fin des années 70, le château a connu plusieurs projets économiques. D’abord plantation de pommes sur plus de 600 hectares, sous l’égide de la société Pomel, le site faisait vivre près de 250 personnes. Chaque jour, trente-cinq semi-remorques partaient du site pour livrer sa cargaison dans toute l’Europe. Après l’installation de la Pac, l’activité décline. Ses dirigeants essaient de se diversifier, d’abord dans l’informatique avec l’installation d’ordinateurs Bull. Puis dans la fabrication de roulements à billes pour les Caravelles, ancêtres des Airbus. Des pots de yaourts ont aussi été fabriqués. Mais aucune initiative ne se révèlera pérenne, et le château cessera d’héberger toute entreprise en 1979.

1 Commentaire

  • Le 22 juin à 08:26 , par Nelly QUERBES-ARAUJO

    Bonjour,
    Pourquoi ne pas créer une association inter-générations dans un lieu aussi vaste et splendide ?
    Je verrais bien une résidence pour personnes âgées associée à une école de formation de personnels dans les métiers de la gériatrie. Ainsi, les personnes en école sur le site pourraient acquérir et/ou développer leurs connaissances grâce aux résidents.
    bien cordialement,
    Nelly Querbes-Araujo

Répondre à cet article