ToulÉco

Publié le lundi 20 mai 2019 à 21h44min par Philippe Font

Toulouse. Les bons sons des amplis Dewitte Wired

Fabricant d’amplis, d’enceintes et de pré-ampli, le Toulousain Nicolas Dewired s’adresse autant aux musiciens éclairés qu’aux professionnels. Depuis son atelier de la banlieue toulousaine, il veut également élargir son activité à la fabrication de guitares.

On est jamais aussi bien servi que par soi-même. C’est en partant de cet adage que Nicolas Dewitte, 41 ans, guitariste, a décidé de lancer en 2014 sa propre gamme d’amplis et de d’enceintes baptisés Dewitte Wired. « Je voulais des amplis et des enceintes qui donnent un certain son. Comme ce matériel coûtaient trop cher à l’achat, j’ai décidé de les fabriquer moi-même », raconte-t-il depuis son grand atelier de Roques-sur-Garonne au sud de Toulouse.

Installés sur des étagères, une demi douzaine d’amplis attendent d’être livrés à leurs clients, tandis qu’un « super charged » le dernier-né des amplis Dewitte Wired dans lequel une lampe remplace le transistor pour sublimer le son de l’instrument, est branché sur un téléphone et joue une musique rock afin de vérifier l’appareil. Destiné aux guitaristes et bassistes, « 70 % sont des professionnels et 30 % des amateurs, mais tous sont à la recherche de produits de qualité », les amplis Dewitte Wired ne sont pas seulement des accessoires de musique. Fabriqués en chêne, noyer ou hêtre, ils sont également des objets de décoration, « il est toléré dans le salon car il est beau et design », note en rigolant Nicolas Dewitte.

Une cinquantaine d’amplis vendus par an

Présenté au Namm Show (National Association of Music Merchants ) à Los Angeles fin janvier 2019, le « super charged » est le produit phare de Dewitte Wired. « Avec le même instrument, le guitariste ou le bassiste dispose de quatre fonctions, il peut jouer un son ’’anglais’’, comme les Who ou Led Zeppelin, ou ’’US’’ à la Georges Benson », ajoute Nicolas Dewitte. Après avoir investi 60.000 euros dans le projet, Nicolas Dewitte qui est également préparateur physique et professeur de sport à l’université de Toulouse Paul-Sabatier, espère vendre une cinquantaine de ses appareils par an et autant de baffles.

Si les amateurs reculent devant l’investissement, 3500 euros pour l’ampli seul et entre 6500 et 7000 euros pour l’ampli et les enceintes, ils peuvent jeter leur dévolu sur les préamplis vendus 330 euros. Jamais à court d’idées, Nicolas Dewitte compte inaugurer d’ici la fin de l’année 2019 le Guitar Wonderland dans son atelier de Roques-sur-Garonne. Ce pôle de compétences accueillera notamment des luthiers afin de proposer aux guitaristes professionnels et éclairés des instruments sur-mesure. « L’objectif est de mutualiser nos moyens et outils de fabrication ». A terme l’espace de 400m² comprendra une cabine de vernissage, une cabine d’essais et un showroom.
Philippe Font

Sur la photo : Nicolas Dewitte devant ses amplis « super charged ». Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco