ToulÉco

Publié le jeudi 3 mai 2018 à 20h26min par Audrey Sommazi

Toulouse. Pour ses dix ans, le festival Map tire ses photos à la cartoucherie

Malgré la baisse des aides publiques, le festival de la photo Map fête sa dixième édition à la Cartoucherie de Toulouse du 4 au 20 mai avec un invité de luxe : Joey Starr. Cette longévité est une réussite pour l’agence de communication PGO qui œuvre en coulisse.

A bout de sous, Map ? Pour ses dix ans, le festival de photo voit grand. Le lieu, déjà. Cette manifestation investit les halles de la Cartoucherie à Toulouse. L’évènement ensuite. Du 4 au 20 mai, quinze expositions sont programmées avec des grands noms de la photo - Marie Dorigny, Antoine d’Agata, Fred Khin – et de jeunes talents prometteurs. Théo Renaut, photographe de 25 ans qui collabore à ToulÉco, et l’artiste Bake présentent un travail commun né de leur rencontre au Burkina Faso.

Toujours pour cette édition anniversaire, Map se paye le luxe d’inviter Joey Starr. Le comédien, et non le chanteur, proclamera le samedi 5 mai devant un parterre de 600 personnes les plus grands discours prononcés à l’Assemblée nationale. Mais encore ? Map s’ouvre aussi aux autres disciplines artistiques : le graff, l’illustration, le théâtre. « Nous conservons nos acquis : la gratuite des expos et la mise en avant des jeunes talents de la photo », prévient Pierre Garrigues, le directeur. « Car nous sommes et restons des militants de la création. »

Même vertueuse, l’opération a cependant un coût : 115.000 euros. Sachant que ce budget comprend aussi les salaires et les droits d’auteur reversés aux photographes (25.000 euros en moyenne). Pour financer l’évènement, Map compte sur le soutien des collectivités. Dans une certaine mesure puisque les subventions apportent 20 à 30% du montant total. « Nous avons obtenu une prime pour les dix ans. Mais la tendance est à la baisse pour tous les acteurs culturels et il faut trouver un nouveau modèle », concède le directeur, qui est aussi à la tête de l’agence de communication globale PGO, fondée en 2008.

Gagnant-gagnant

Avec un savoir-faire dans la production et l’organisation d’évènements grand public, PGO est sollicitée par Map. Toutes les étapes de fabrication du festival sont entièrement réalisées en interne par les dix collaborateurs. « Nous mettons nos compétences au service de Map, qui est en fait un de nos clients », indique Anne Garrigues, directrice associée de PGO. « Entièrement autoproduit, le festival est notre valeur-ajoutée, notre marque. Il nous permet aussi de nous distinguer de la concurrence. »

Les clients y voient aussi une opportunité pour gagner en visibilité. Certains d’entre eux sont partenaires du festival. Nexity loue une loge pour ses clients lors la soirée Eloquence à l’Assemblée, le Club hôtelier de Toulouse offre aux invités plus de cinquante chambres, et Numeriphot prête du matériel et anime un atelier. « On fait ainsi des petites économies qui nous permettent de dégager un peu d’argent ici pour le replacer là et de rester fidèles à notre ADN. Nous tenons à la gratuité et aux droits d’auteur », assure Anne Dharès, qui ajoute « Nous ne sommes pas rentables mais nous rentrons dans nos frais ».
Audrey Sommazi
https://map-photo.fr/

Sur la photo du haut : Anne Garrigues, directrice associée, et Pierre Garrigues, directeur de l’agence PGO, dans la halle de la Cartoucherie, à Toulouse. Crédits : Hélène Ressayres-ToulÉco

Sur la photo du bas : Théo Renaut et Bake exposent pour la première fois Schizophrenic therapy à Toulouse puis en septembre à la galerie 3.1 du Conseil départemental de la Haute-Garonne.