ToulÉco

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 22h03min par Armelle Parion

Toulouse. Saint-Georges fait peau neuve pour devenir plus attractif

Le Centre commercial toulousain entamera des travaux d’envergure au deuxième semestre 2017. A la clé, un espace plus lumineux et plus pratique, et l’arrivée de nouvelles enseignes, afin d’améliorer la qualité de fréquentation du lieu.

Sa dernière rénovation, en 2005-2006, n’a pas suffi à enrayer son déclin. Le propriétaire du centre commercial Saint-Georges de Toulouse, Commerz Real, et son gestionnaire, Terranae, ont donc décidé de le repenser entièrement. En effet, malgré sa situation idéale en plein cœur de Toulouse, « son plan de circulation intérieur est devenu obsolète. Nous devons reconquérir les clients en créant une circulation et une ambiance plus commodes et plus agréables », résume le directeur Pascal Sanvoisin.

Aujourd’hui, la moitié des cinquante commerces de la galerie sont vacants. Et malgré une belle fréquentation de cinq millions de visiteurs par an, la durée moyenne de séjour se limite à quinze minutes, alors qu’elle avoisine en général quarante-cinq minutes dans les autres centres commerciaux. « 60% des visiteurs ne font que traverser. Nous devons nous repositionner. Les travaux de 2006 visaient une cible restreinte, les femmes actives de 35-45 ans. Nous souhaitons revitaliser la zone, avec une circulation plus simple et plus fluide », ajoute le directeur.

Escalier monumental vers la place Occitane

Le début des travaux est prévu au deuxième semestre 2017. Ils dureront une vingtaine de mois et s’échelonneront en trois phases (nouvelle place centrale, entrée Saint-Jérôme, et entrée Carnot). Le cabinet Sud Architectes, mandaté pour mener à bien le projet, souhaite injecter plus de clarté dans la galerie de 15.000 m². « Pour ramener de la lumière naturelle, notre ligne directrice est la forêt et la clairière. Nous imaginons un vitrage performant sérigraphié avec des motifs rappelant des nervures de feuilles, et la projection d’ombres au sol », explique l’architecte Christophe Köhler.

Des commerces seront déplacés, d’autres rénovés. Les escalators, situés de part et d’autre de l’hypermarché Casino, seront doublés et les trois entrées, dont celle du passage des Capitouls, revalorisées. L’entrée Est du boulevard Carnot sera surmontée d’une grande verrière aux motifs végétaux, et la toiture du porche Saint-Jérôme percée. La place principale enfin, située à côté de la sortie du parking, sera élargie, et son lien avec la place Occitane renforcé, grâce à une verrière agrandie et un escalier monumental en verre, doublé d’un ascenseur. « Le projet correspond à la volonté de la mairie de Toulouse de redynamiser la place Occitane qui a fêté ses 40 ans ».

Positionnement plus familial et plus jeune

La création d’une moyenne surface supplémentaire fait également partie du projet, ainsi que la commercialisation de surfaces vacantes avec de nouvelles enseignes (sur 900 m² environ), notamment de la petite restauration rapide. Il y aura des zones de repos, et l’ensemble de l’espace sera accessible aux personnes à mobilité réduite. « La surface commerciale restera la même, mais avec un positionnement plus familial et plus jeune. Nous souhaitons faire venir quelques exclusivités qui n’existent pas en centre-ville », confie le directeur.
L’investissement global de 10 millions d’euros s’accompagne d’une réflexion sur le coût d’exploitation. « Nous allons créer des sas climatiques aux entrées, et passer tout l’éclairage des parties communes en led ».
Armelle Parrion

Sur la photo : Perspective intérieure sous la place Occitane. Crédit : Sud Architectes

1 Commentaire

  • Le 20 avril à 00:52 , par Nicolas Barou

    « améliorer la qualité de fréquentation du lieu »
    Donc vous avez défini une échelle de qualité concernant les êtres humains…
    Relisez votre phrase attentivement afin, je vous en prie, de comprendre simplement que vous avez simplement confondu fréquentation « de qualité » avec « ayant plus de moyen ».
    Vous vous apercevez donc qu’il n’y a aucun rapport entre les deux j’espère…

Répondre à cet article