ToulÉco

Publié le jeudi 17 novembre 2016 à 20h27min par Audrey Sommazi

Toulouse, dans l’œil de trois femmes photographes

Résidence 1+2 met à l’honneur trois femmes photographes réunies à Toulouse par Philippe Guionie. Leurs clichés réalisés dans la ville l’hiver dernier sont exposés aux Abattoirs jusqu’au 27 novembre.

Elles se sont immergées dans Toulouse, se sont fondues dans la foule. En janvier et février 2016, Diana Lui, artiste franco-belge née en Malaisie, Alice Lévêque, Toulousaine de 23 ans, et la jeune belge Léa Patrix ont découvert le patrimoine de Toulouse, les rues et monument, sous l’impulsion de Philippe Guionie.

Ce dernier, qui a troqué pour un temps sa caquette de photographe pour celle de directeur, a rassemblé la création artistique de ces trois femmes, l’une est confirmée et les deux autres à l’aube de leur carrière prometteuse, en un évènement Résidence 1+2. Ce dernier se décline sur trois supports : une exposition jusqu’au 27 novembre aux Abattoirs, un film documentaire réalisé par Marjorie Calle intitulé Diana, Alice et Léa et des ouvrages.

« Je suis parti d’un double constat. D’une part, dans le cadre d’une résidence l’artiste est face à une forme de solitude. D’autre part, Toulouse est une ville sous- représentée par les photographes, elle est mal connue. J’ai voulu alors mettre en scène le territoire par la création artistique en revisitant le patrimoine qu’il soit matériel ou immatériel : diaspora, mémoire, culture, musique, architecture… », explique le directeur de cette première édition, qui prépare la seconde pour l’automne prochain sur le thème de la traversée.

Trois regards sur Toulouse

Avec un budget de 50 à 60.000 euros à peine, et de nombreux partenariats, le résultat force le coup d’œil. Car chaque artiste pose un regard très personnel sur la ville. Diana Lui, rencontrée par Philippe Guionie aux Rencontres d’Arles, expose cinq de ses grands formats réalisés à la chambre photographique. Elle met en scène des femmes habillées de costumes issus de collections toulousaines à la briqueterie Barthe, au musée Paul Dupuy ou encore sur la Piste des Géants.

Alice Lévêque, ancienne étudiante de l’Ecole de photographie et de game design de Toulouse (ETPA), photographie le corps en mouvement, la nuit la plupart du temps, en s’attachant aux détails.

Léa Patrix, 16 ans, a choisi de dialoguer avec Léna. La jeune photographe colle au plus près cette jeune toulousaine de 20 ans, en s’immisçant dans sa vie pour la bousculer, avant de la restituer en noir et blanc sur un mur. Telle "une grande fresque comme dans une chambre d’adolescente », selon Philippe Guionie,
Audrey Sommazi

Sur la photo, portrait de femme réalisé par Diana Lui. Crédit photo : Diana Lui