ToulÉco

Publié le jeudi 5 janvier 2017 à 17h48min par Agnès Fremiot

Trois Toulousains ont créé Keymo, le Tinder de l’immobilier

Keymo se propose de faire « matcher » les exigences des acquéreurs avec les annonces immobilières qui leur correspondent. Ce chasseur de biens 2.0 s’appuie sur des partenariats avec les agents et des réseaux immobiliers.

Pour faire gagner du temps aux futurs propriétaires, Keymo se propose de leur dégoter le bien de leur rêve, sans qu’ils aient à parcourir les innombrables sites d’annonces immobilières. « Notre plateforme fait le sale boulot pour eux », explique Denis Tordo, l’un des cofondateurs du projet, et ancien coordinateur du Starter de la Cantine. Cette start-up toulousaine souhaite ainsi s’imposer comme « le Tinder de l’immobilier ». « L’idée du projet nous est venue avec Mathieu Gonzalez, mon associé, quand il cherchait à acheter un appartement. Il devenait fou devant la multiplicité de l’offre et l’obsolescence de certaines annonces. Nous avons eu envie de créer un site web qui inverse le processus, et place l’acquéreur au centre de la démarche. » Lancée en mars 2015, la plateforme propose aux futurs acheteurs de décrire en détails leur recherche immobilière. En parallèle, les professionnels entrent les biens dont ils disposent dans une base de données. L’algorithme développé par Keymo se charge de faire coïncider les deux pour obtenir un match.

Un modèle gratuit pour l’utilisateur final

Le modèle économique de la start-up est basé sur un système d’honoraires s’élevant à 10% de la commission touchée par l’agent immobilier. « Nous ne touchons de l’argent que si la vente est transformée. En revanche, c’est totalement gratuit pour l’utilisateur », précise Denis Tordo. « Pour que l’entreprise soit rentable, il faudrait que nous enregistrions quatre ou cinq transactions par semaine. Mais, nous visons plus haut. » Keymo cible les acquéreurs déjà avancés dans leur projet, qui ne veulent plus perdre de temps. Le site a vocation à se déployer partout en France. Mais, pour le moment, les requêtes concernent principalement Toulouse, où il a été lancé, et Paris. Il compte déjà 80 agents immobilier et dix promoteurs partenaires. « Côté acquéreurs, nous avons démarré avec deux à trois demandes par jour, et actuellement elles augmentent de façon exponentielle avec dix à quinze requêtes quotidiennes. »

Pour le moment, l’algorithme de la plateforme est capable de traiter une demande sur neuf grâce aux biens déjà référencés par Keymo. Le reste des demandes est pris en charge « manuellement » par les trois associés. « Le monde de l’immobilier reste assez prudent avec l’innovation, mais nous misons sur un effet domino. » La start-up devrait réaliser sa première levée de fonds, comprise entre 300.000 et 500.000 euros, d’ici mai, afin de développer ses ressources humaines du point de vue technique et commercial, et d’ainsi poursuivre son expansion nationale.
Agnès Frémiot

Sur la photo : Mathieu Gonzalez, David Brown, et Denis Tordo, les trois créateurs de Keymo. Crédit photo : DR