ToulÉco

Publié le dimanche 6 août 2017 à 18h47min par Isabelle Meijers

« Une levée record et inédite en crowdfunding pour le groupe toulousain Thierry Oldak »

Le groupe Thierry Oldak vise les 100 millions d’euros d’investissements d’ici 2020. Cette holding spécialisée dans l’immobilier de commerce a effectué une levée de fonds record de 2,2 millions d’euros par crowdfunding. Explications avec David Peronnin, président de ClubFunding.

David Peronnin, vous êtes président cofondateur de la plateforme de financement participatif ClubFunding. Celle-ci a organisé la levée de fonds de la foncière Thierry Oldak*. Pourquoi faire appel à ce type de financement pour une entreprise mature ?

Les clients de ClubFunding sont principalement des PME établies qui cherchent à financer leurs projets, et non des start-up. Donc la plupart peuvent avoir recours à plusieurs types de financement : l’emprunt bancaire avec un taux de 1 à 3%, mais qui mobilise des fonds propres, ou bien l’appel aux associés via des investissements en actions dont les rendements sont de l’ordre de 20%. Et entre ces deux sources de financement, se situe l’émission d’obligations auprès d’investisseurs particuliers à un taux moyen compris entre 8 et 12%. C’est dans cette dernière zone intermédiaire que nous intervenons et que le groupe Thierry Oldak a choisi de lever 2,2 millions d’euros. Nous appelons cela une dette mezzanine issue du financement participatif. Ce type d’opération se démocratise de plus en plus pour des groupes matures.

Ce montant de 2,2 millions d’euros levé par crowdfunding est-il exceptionnel ?
C’est en effet une première auprès de particuliers. Notre communauté d’investisseurs patrimoniaux cherche à diversifier leurs placements en prêtant directement à des sociétés françaises. Ils souscrivent à un projet de l’économie réelle et donnent ainsi du sens à leur épargne. Mais il faut savoir que le crowdfunding est plafonné à 2,5 millions d’euros. Donc pour notre plateforme, cette levée est un record. Et pour le financement participatif, c’est une opération importante. Ce montant de 2,2 millions d’euros a été levé rapidement en quatre à cinq semaines, à un taux de 10% pour un remboursement prévu en douze mois.

Justement, comment le Groupe Thierry Oldak prévoit-il de rembourser l’obligation ?
La vente d’un actif acquis au cours des années 2000, l’ancien rectorat de Toulouse, est en cours de transaction.
Propos recueillis par Isabelle Meijers

* Contactée sur ce sujet, la direction du groupe Thierry Oldak n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Sur la photo : David Peronnin a créé ClubFunding, plateforme et conseiller en investissements participatifs, en novembre 2014. Crédits : DR

P.S. : Nouvelles acquisitions

Le Groupe Thierry Oldak prépare trois nouvelles acquisitions à Lille, Bordeaux et Toulouse. Il est propriétaire entre autres de la brasserie le Bibent à Toulouse, et a acheté en décembre 2016 un actif commercial de 19 millions d’euros en plein centre d’Avignon. L’immeuble est occupé par les marques de prêt-à-porter H&M et Superdry et la chaîne de distribution Monoprix. Il génère un loyer annuel de 1,35 million d’euros.