ToulÉco

Publié le mercredi 1er mars 2017 à 22h02min par Philippe Font

déjeuner avec… Anne Cambon-Thomsen championne Esof 2018

Chercheuse en immunologie aussi réputée que discrète, Anne Cambon-Thomsen dirige l’équipe chargée d’organiser l’EuroScience Open Forum (Esof) en juillet 2018 à Toulouse. Une manifestation qu’elle souhaite ouverte au plus grand nombre afin de démocratiser les sciences.

Anne Cambon-Thomsen est une femme de premières. À 35 ans, celle qui a suivi des études de médecine à Toulouse pour faire de la recherche, depuis toute petite elle voulait comprendre comment fonctionnait le corps humain, devient en 1985 la première femme en France à diriger un laboratoire de recherche de l’Inserm. En 2014, elle défend avec succès la candidature de Toulouse, portée par l’Université fédérale, pour accueillir en juillet 2018 l’Esof (EuroScience Open Forum). C’est la première fois que cette manifestation qui regroupe tous les deux ans depuis 2004 le gratin scientifique mondial dans une ville européenne est organisée en France.

« Imaginez, il y aura entre 350 et 400 chercheurs et plusieurs Prix Nobel », s’enthousiasme la spécialiste en immunogénétique installée à une table du restaurant Le Moaï au Muséum d’histoire naturelle. Habituée des lieux, Anne Cambon-Thomsen y aime leur cuisine originale et raffinée. Dans son assiette défileront successivement un assortiment fraîcheur, un dos de saumon et une île flottante. « Un dessert qui me rappelle mon enfance aveyronnaise », sourit-elle.

Au cours des prochains mois, pas certain que la chercheuse toulousaine aura le loisir de se rendre sur les contreforts de l’Aubrac : elle sera occupée à diriger l’équipe d’une vingtaine de personnes chargées d’organiser la manifestation scientifique, dont la thématique « Partager la science vers de nouveaux horizons », va braquer les projecteurs sur Toulouse du 9 au 14 juillet 2018. « Avec l’Esof, Toulouse doit démontrer qu’elle a la capacité d’organiser des événements d’envergure ». Et le programme est dense. Cela va commencer dès 2017 avec quatre manifestations, notamment sur le big data et la santé ou l’agriculture et l’alimentation, qui préfigureront le rendez-vous de juillet 2018.

Programme bouclé en juin 2017

Au-delà de réunir des sommités scientifiques, Anne Cambon-Thomsen souhaite que l’événement se répercute dans la ville et la région en mobilisant les communautés scientifiques, économiques et territoriales. « Il est important d’établir un dialogue entre la science et la société, mais aussi les acteurs économiques, à travers des questions autour de l’innovation pour les entreprises ou les partenariats public/privé ». Sans oublier la sensibilisation du public scolaire ou le tourisme scientifique avec des journées portes ouvertes dans des laboratoires ou la visite de lieux emblématiques dédiés à la recherche (Pic du Midi, Mont-Louis…).

Alors que le programme officiel de la manifestation sera bouclé en juin 2017, Anne Cambon-Thomsen espère y retrouver des questions qui lui sont chères : l’éthique dans la recherche, une thématique sur l’Afrique ou la diplomatie scientifique. « Car à travers la science, on peut favoriser le rapprochement entre des pays en conflit ».
Philippe Font
Photos Hélène Ressayres - ToulÉco